Bien fait ?

Là où l’on s’aperçoit que personne n’est à l’abris et que le capitalisme financier menace tout le monde...

Oh là là faut que je vous dise : j’suis heureux,mieux même je nage dans le bonheur

Pourquoi me demanderez vous avec un large sourire ?

Eh ben tout simplement parce que Airbus bat de l’aile !

Bon je vous le concède, çà n’est pas vraiment un motif de satisfaction, ni même une plaisanterie de bon goût, d’accord.

Mais à part çà :en quoi la chute du PIB, ou pire encore l’effondrement de nos exportations auraient de quoi m’effrayer, moi ?

La fermeture des lignes de fabrication de l’A quelque chose, ou du B machin , çà ne me fait ni chaud ni froid, pire dirais-je, en mauvais perdant j’ai presque envie de dire : « bien fait » !

Eh quoi, nos ingénieurs et nos grands techniciens se sont ils inquiétés du sacrifice de pan entiers de nos industries, en vue d’échanger un seul Airbus contre quelques millions de paires de chaussures, ou quelques chemises bon marché ?

Bien sur que non !

Les a t-on vu s’émouvoir des vagues de licenciement dans l’industrie de l’auto ou de l’habillement dans le seul but de conserver sur le sol national une soit disant filière « d’excellence » l’aéronotique ?

Silence pathétique.

Du moment qu’à Toulouse on rasait gratis, le reste du monde pouvait bien se transformer en esclaves, ou connaître les affres de la déchéance sociale, les brahmanes d’AIRBUS, pouvaient survoler les contingences du quotidien, tout en symbolisant à bon compte : LA FRANCE DE L EXCELLENCE !

Aïe aïe, quelle erreur, erreur d’autant plus gravissime qu’elle a éé le fait de catégories professionnelles hors normes : ingénieurs et techniciens supérieurs qui pensaient avoir toutes les raisons d’être à l’abris !

Mieux même erreur commise par des catégories professionnelles qui ont été au cœur même des transformations techniques et commerciales de ces dernières décennies !

Croire ainsi que le sort qu’elles réservaient aux autres, n’allait jamais leur être appliqué ne démontre t-il pas aujourd’hui les limites de leur Savoir ?

La s’arrête mon interrogation malsaine et j’ai conscience que leurs pertes ne constitueront jamais un gain pour ma pauvre personne !

Ils sont les nouveaux sacrifiés du système, et même si j’ai un peu tendance à les haïr pour ce qu’ils représentent (un monde bientôt passé de mode ) Je les plains...du plus profond de mon cœur !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.