N'empêche

Ah la mon potot j'peux dire que les Japonais i zen n'ont , ouais i zi vont pas avec le dos de la cuillère :prison et c'est tout ! Pendant que nous on est en train de plaindre ce pövre monsieur Gohsn, eux, ils instruisent à charge et à décharge et n'hésitent pas à mettre les gens au cachot, au moindre doute. Un modèle à suivre ?

Je n'irai pas instruire ici le procès de C Gohsn, çà n'est pas mon rôle et je n'ai pas d'élément pour le faire, alors permettez moi plutôt de livrer quelques réflexions sur le sujet, en tant que simple citoyen Français et humble contribuable.

Voilà donc que nous nous sommes réveillés avec la gueule de bois il y a quelques semaines quand on a assisté devant nos écrans à l'arrestation d'une de nos grandes stars mondiale de l'industrie ! L'homme de la rigueur, le parangon de vertu et le bourreau de travail que pouvait représenter C Gohsn était tout soudain jeté en prison et ce pour de tristes affaires de supposées carambouilles fiscales. La police et la justice Japonaise appliquaient ainsi leur lois de la manière la plus sévère à l'un de nos plus grands héros nationaux. Il y avait de quoi tomber de haut, hurler à la machination, et développer les thèses complotistes les plus farfelues du monde.

Eh quoi, un homme vertueux et besogneux, qui plus est un Français, serait jeté en prison sur de simples soupçons ? Complot  vous dis-je.

Peut-être, on verra ce qu'en dira la justice justement.

Reste que si CG est l'odieux personnage que semble présenter cette affaire, il n'est sans doute pas le seul, et pas le seul sur notre propre territoire. Or le traitement brutal réservé à Notre Grand Industriel, "pour une simple affaire de fraude fiscale" devrait nous donner à réfléchir sur nos propres pratiques judiciaires et fiscales : sommes nous trop laxistes ? Les Français ont ils trop d'affection pour celui qui, gros ou petit, fraude le fisc ? Et si oui est il temps que çà cesse ?

Voyons à l'heure où l'on imagine de rendre l'IRPP universel  au nom du fait qu'il faut responsabiliser tout le monde (y compris les petits), peut on effectivement encore tolérer que quelques privilégiés et autres ours mal léchés fassent la nique à notre administration fiscale, se livrant ainsi à un grand pied de nez vis à vis d'un système qui  a permis leur ascension ? Peut on encore tolérer que des Depar (…) ou des Halli… qui par ailleurs encombrent parfois nos prétoires et font trimer nos justices, puissent se prévaloir de droits et de manipulations diverses pour échapper à leurs obligations fiscales et nationales ?

En fait "l'avertissement Gohsn" devrait constituer un cas d'école et nous rappeler aux principes d'égalité que nous prétendons défendre. Il ne s'agit pas ici de reproduire l'histoire des rois maudits en dressant de nouveaux bûchers, mais s'il est vrai que nos finances publiques sont au plus mal, alors il faudra bien que le grand soir fiscal qui s'annonce, rime aussi avec un certain nombre de clarifications, peut être  aussi brutales que nécessaires. L'ère du mensonge et de la tolérance a sans doute vécu et les japonais nous montrent ici la voie à suivre dans le strict respect de la loi et du fisc qui forment à eux deux des piliers essentiels d'une nation moderne !

Les japonais ont, peut être, me direz vous, le sens de l'Etat et le soucis de leur finances publiques.

Possible, mais nous, pouvons nous échapper à de telles obligations ?

Pas sûr que nous en ayons encore les moyens... 

       

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.