Un désastre, en fait.

L’idée d’accroître la dureté des peines et de rendre la justice plus sévère à l’égard des délinquants n’est pas forcément la bonne solution, le modèle américain n’est d’ailleurs sans doute pas, la panacée dans le domaine. Alors...

C’est vrai il a fait quelque chose de gravissime. C’est vrai il m’a même fait peur, très peur ! Quand il a sorti son couteau de cuisine et pointé la caissière, une seconde, je suis resté interdit !

Et la pauvre, la pauvre qui a perdu son travail, la pauvre qui a vécu un moment d’horreur, elle du en garder un souvenir terrifiant.

Alors ?

Alors quand la police a interpelé cette ordure et qu’elle l’a jetée au cachot, j’ai eu d’autant moins de regret que c’est moi qui l’ai appelée.

Bravo donc.

Là ou je suis choqué cependant c’est dans l’analyse que prétend faire le Front National de ce type d’événement !

En effet, notre lascar interpellé en flagrant délit (il avait encore son arme) a écopé de deux ans de prison ferme !

Pas de quoi rigoler quand même, au cachot illico !

Histoire de dire que tous les délinquants ne sortent pas tous libres des commissariats, celui ci au moins est sous les verrous et il semble qu’aucune pitié ne lui ait été accordée malgré sa jeunesse apparente et surtout surtout son apparente condition sociale !

Contrairement donc aux assertions du Front National j’aurais donc tendance à croire que la justice et la police font preuve d’une dureté bien plus grande qu’auparavan!, et que (les Gilets Jaunes ne me contrediront certainement pas sur ce point) la prison devient bien souvent un horizon indépassable.

Alors, on peut toujours dire que c’est la bonne solution et affirmer que face à la violence il faut une politique pénale forte qui fasse comprendre aux mis en cause la portée de leurs actes.

Pourquoi pas.

Sauf que justement le lascars dont je parlais tout à l’heure sortait précisément de prison, ce qui pose quand même de sacrées questions sur ce « remêde » présenté comme infaillible.

J’aurais plutot tendance pour ma part à voir la prison comme un lieu d’initiation au crime, en atteste d’ailleurs le merveilleux film : un Prophète de Jacques Audiard qui dresse un réquisitoire sans appel contre nos lieux de détention !

Et plus concrètement encore :l’attitude de ces gamins passés par la case commissariat et qui en ressortent comme drapés dans leur nouvel habit de héros antisocial laisse gravement songeur !

La prison comme rite initiatique ?

La prison : nouveau bâton de maréchal ?

Attention donc à ne pas tomber dans les schémas les plus simplistes : la prison n’est pas forcément la solution, sans prise de conscience, sans apaisement du sentiment de vengeance, sans réinsertion ferme, bref sans toute une palette d‘instrument de prévention, nous aurons : comme aux Etats Unis un nombre record de prisonniers et une quantité de morts violentes sans cesse en augmentation.

Apaiser la société essayer d’atténuer les effets de la guerre sociale, est d’une urgence bien plus grande que celle qui consiste à construire des places de prison !

La honte a changé de camps me direz vous, et alors ?

Si nous nous contentons, en effet, de prôner la « tolérance zéro » sans ouvrir par ailleurs des voies d‘insertion, de réinsertion et de rédemption, alors nous risquons d‘aboutir aux mêmes travers que les Etats Unis, et comme eux d’avoir à rétablir la peine de mort : un désastre, en fait !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.