J'ai perdu mon travail

J'ai perdu mon travail

 

 

 

Je vis sans victuailles

 

 

 

j'ai perdu mon travail

 

 

 

mais j'avance vaille que vaille

 

 

 

 

 

Quand j'ai crié ma colère

 

 

 

Quand j'ai vécu mes galères

 

 

 

on m'a montré du doigt

 

 

 

et opposé les lois

 

 

 

 

 

Alors j'ai rêvé d'indépendance

 

 

 

Alors j'ai voulu tenter ma chance

 

 

 

Qui peut bien m'en vouloir

 

 

 

D'avoir rêvé au grand soir ?

 

 

 

 

 

Un temps au moins, je fus vivant

 

 

Le temps, sans doute, de voir sourire mes enfants…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.