la folle idée

Vous savez quoi ? Eh bien moi j'y crois à la baisse du chômage, je suis peut être un des seuls à y croire mais j'y crois ! Mieux je la vois venir je la sens et je m'enivre à l'idée de voir la France revenir au Plein Emploi ! Réjouissez vous mes frères ...

Eh dîtes, vous m'avez cru ? Sérieusement vous avez cru le petit laïus que je viens de vous assener comme si je voulais être réélu à la présidence de la république française ?

Allez, cessez de m'inquiéter, vous ne pouvez pas croire sérieusement que la courbe du chomage va s'inverser de manière nette et durable et que la France va retrouver enfin le plein emploi ! Il n'est pas un jour, en effet, où les économistes de renom ne prédisent  un prochain tsunami social qui verra disparaitre prés de la moitié des emplois peu ou pas qualifiés ! Alors où trouverez vous cette mine d'emploi dont on semble nous parler ?

Oui dans ces conditions qui peut croire encore à ces prévisions qui ressemblent à sy'méprendre à celle d'une grenouille affectée au service météo ?

Eh bien moi, quand même !

Oh n'allez pas croire que je veuille perdre le peu de crédibilité qui me reste, ou que je veuille prendre la place du khalif, non simplement je me dis que celui ci sait simplement compter, et que si 6+8-14+22 égalent 22 alors notre Président de la République anticipe tout naturellement, non pas la baisse du chomage mais plutot la baisse de la population active en âge de travailler ! Bref Notre Grand Président, aidé en celà par de Grands Démographes prévoit "l'inversion de la courbe du chomage" grâce à la future disparition des chômeurs !

Quoi me direz vous encore vous imaginez que Notre Président va éliminer les chômeurs ?

Mais pas du tout, je dis simplement que ce qui nous est présenté comme une grande victoire du quinquénat de François Hollande n'est que le résultat d'une évolution démographique, largement anticipée. Du fait de notre démographie nous aurons bientot moins de travailleurs sur le marché de l'emploi et naturellement le taux de chomage moyen s'en trouvera modifié !

Attention toutefois, ne vous réjouissez pas trop vite, cette baisse du chômage, dont on vient de voir qu'elle ne s'opérerait qu'en trompe l'oeil, ne s'accompagnera ni d'une amélioration générale du climat social, ni d'une élévation du niveau de vie des travailleurs de base !

La raison en est double à mon sens :

Premièrement comme je l'ai démontré dans une chronique précédente les Français possédant récuseront encore longtemps l'idée  de partager de manière juste la charge de la société, et il y a fort à parier pour que la baisse du nombre de travailleurs disponibles ne s'accompagne pas d'une véritable hausse des salaires ! Au contraire comme les salariés seront moins nombreux, tandis que les retraités continueront d'augmenter il y a des chances pour que leur cotisations sociales continuent d'augmenter alors que les prestations, elles continuent de baisser ! Les salaires, principales sources de financements de la sécurité sociale et des retraites s'en trouveront impactés de manière directe ! Le prix du travail continuera d'augmenter sans pour celà satisfaire les travailleurs, et les employeurs chercheront par tous les moyens à limiter les frais en délocalisant davantage !

Mais vous êtes odieusement pessimiste, me direz vous encore.

Oui et pour une autre raison, qui impose encore et toujours la redéfinition de notre contrat social : la promesse de la disparition du travail dont on nous rebat les oreilles est déjà une réalité tengible de notre société. Oui,  nous travaillons moins ! Cependant ce "travailler moins" se traduit  pour une bonne part par  un chomage déguisé qui s'accompagne au mieux d'une stagnation des salaires au pire de temps partiels subis, voir de chomage pur et simple ! D'un côté la rente de la propriété foncière et immobilière s'accroit et de l'autre les salaires et protections sociales de bases stagnent voir régressent en valeur relative, et pire encore, avec les directives européennes il y a de fortes chances de voir la concurence entre travailleurs s'accroître ! Le résultat de ces évolutions pourraient donc aller à contre courant de l'évolution souhaitée, avec de plus en plus de travailleurs, certes, mais des travailleurs de plus en plus contraints, condamnés pour une bonne part à stagner sur des postes peu ou pas qualifiés.

Bref ce qu'on nous présente comme la prochaine victoire de FH : la baisse du chomage (après avoir sacrifié deux générations de travailleurs 1970/2020 tout de même) pourrait s'avérer être une étape de plus vers l'asservissement définitif du salariat : non sa disparition donc, mais sa marginalisation en tant que force sociale ! Oui il y aurait moins de chômeurs, mais aussi moins de travail et par conséquent le travailleur risquerait d'être mis de coté sans que son sort ait été amélioré. Notre société de loisir cohabiterait ainsi avec une tribue d'esclaves modernes, certes éduqués et "civilisés" mais condamnés à vivre sans poids politique ni avenir social.  

Un "véritable progrès", en fait.

 

 

         

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.