Devenir quelque chose

La manifestation d'hier a semblé sonner le glas du mouvement des Gilets Jaunes. Mais est on si sûr que celui ci va s'éteindre ? N'a t-il été qu'un simple "galop d'essai" et Emmanuel Macron est il vraiment le grand gagnant de cette confrontation ? A voir...

A en croire les résultats de la manifestation des GJ, on pourrait penser que le mouvement est en phase d'essoufflement.
A ce mécontentement populaire il n'y aurait donc pas de réponse ou si peu qu'on est comme pétrifié à l'idée qu'un tel mouvement social puisse rester sans conséquences !
Vous me direz que bien peu de gilets jaunes ont été capables de formuler des revendications claires et que le prix de l'essence, seul élément fédérateur, n'a pas suffi à dessiner les contours d'une vraie cause.
Horrifiés donc par les violences des ultras (les ultras de quoi d'ailleurs ?), il état donc prévisible qu'une bonne part des gilets jaunes (issus par ailleurs de la petite classe moyenne) finisse par se dissocier du mouvement, et ce d'autant plus que le Grand Débat, par son coté show médiatique avait de quoi charmer ces "Gilets Jaunes responsables"
La manifestation d'hier avait donc : de quoi réchauffer le coeur de l'Exécutif qui pouvait penser qu'on allait bientôt voir la fin de ce mouvement aussi subite que brutal.
Reste que les problèmes soulevés par les GJ demeurent et que l'absence de réponses réelles apparait comme une menace très lourde pour l'avenir d'EM !
Une menace d'autant plus lourde, que le prix de l'essence, lui, est condamné à augmenter structurellement !
Croire qu'Emmanuel Macron est sorti vainqueur de ce conflit est donc une lourde erreur !
On peut certes penser qu'il a sauvé son Premier Ministre et évité d'avoir à dissoudre l'Assemblée Nationale, mais il ne faut pas croire pour autant qu'il en a fini avec le mouvement social et la contestation politique !
J'irai presque jusqu'à penser qu'il aurait peut être mieux valu pour le Président que le mouvement des GJ se structurent et mettent un chef à leur tête, au moins aurait il eu un adversaire identifiable !
Là, à l'inverse, il a su certes démontrer la désunion du mouvement social, mais n'a pas répondu aux aspirations de démocratie, de répartition des richesses, de protection des plus fragiles, d'isolement géographique, et j'allais le dire...de coût du logement, et de lutte efficace contre la fraude fiscale !

Pire les scènes de violences ont permis à l'Exécutif de discréditer le mouvement, à bon compte, sans pourtant apporter de propositions novatrices.


Oui, on en est ainsi resté à l'écume des choses, et même si les résultats du grand Débat ne nous sont pas encore connus, on peut penser que bien peu, trop peu de choses changeront, notamment parce qu'il aura été fagoçité par l'autre classe moyenne, celle qui gagne, celle qui se nourrit de la "mondialisation heureuse" !


Et voilà que pointe la menace pour l'avenir : le rien ou presque, un rien qui risque encore d'accroître un mécontentement social profondément ancré dans la population !


Or il faut se garder à tout prix d'une résurgence de la violence et ce mouvement presque mort né, ne se contentera pas qu'on le passe par perte et profit. Il doit y avoir un "après Gilets Jaunes", parce que le petit peuple a rappelé brutalement qu'il aspirait à "devenir quelque chose", même s'il ne sait pas encore se définir exactement !

"Devenir quelque chose" : un sacré programme quand même !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.