Je vous présente les ultra-Kthos...

L’Eglise est gangrenée par des gens qui se montrent très actifs sur les réseaux sociaux. Ils croient à leur « Vérité », à leur liturgie, à leurs principes et n’ont de cesse que de l’imposer aux autres. Ils ont horreur du Pape François et pour la plupart d’entre eux, rejettent l’autorité des six derniers Papes.

2776847
 Ils adorent dire aux autres qu’ils ont tort et sont très fort pour s’introduire dans les conversation pour « remettre les pendules à l’heure » … Je les appelle les Ultra-Kthos., il y a le choix des principes, des « valeurs » comme ils disent. Un ensemble de concepts qu’ils choisissent de ne jamais justifier, comme un postulat de base… Il s’agit de l’ordre, la hiérarchie, la discipline, l’héritage, le mérite, la liberté (dont ils ne parlent que pour justifier leur richesse)… Ces valeurs de droite, ils y tiennent fort mais ils n’en parlent presque jamais, comme s’ils en étaient honteux. Pour eux, c’est inchangeable : on ne peut pas les remettre en question.

Ensuite, ils cherchent le lien entre tout cela et, pour eux, c’est évidemment dans la religion qu’on trouve ce lien. Le slogan « La France est chrétienne et doit le rester » est l’expression de ce que constitue la religion pour eux : un vernis identitaire qui autorise tous les comportements qui font vivre leurs « valeurs ». 

Malheureusement pour eux, la lecture de l’Evangile, montre aisément que leurs « valeurs » ne sont pas celles annoncées et préconisées par Jésus-Christ. Alors, ils accommodent, ils estompent, ils arrangent le texte et la portée de l’Evangile pour que leur petite idée du monde puisse être présentée comme découlant de ce texte. C’est sur cette manière de faire que je veux m’étendre aujourd’hui parce que j’en ai un peu assez de ménager leur manière de faire. J’ai de plus en plus de mal à les considérer comme « frères chrétiens ». Je vais donc énumérer ces « trucs et ficelles » dont ils usent pour qu’ils puissent continuer à dire qu’ils sont chrétiens…

  1. Ils sont critiques sur le sens même du texte évangélique. Pour eux, ce texte est partiel, incomplet. Il mérite d’être expliqué, d’être amendé, voire ignoré parfois… D’où leur amour pour l’Enseignement de l’Eglise. Pas parce que cet enseignement nous pousse à toujours vivre mieux l’Evangile, mais parce que cet enseignement peut parfois, limer, adoucir les aspérités des paroles du Christ. Ils aiment dire qu’ils font passer l’enseignement du Christ avant même l’Evangile. Alors que bien sûr, c’est l’inverse qui est vrai. L’Eglise ne révèle pas l’innovation de l’incarnation. C’est l’Evangile qui dit cela. Dieu, et particulièrement, le Christ est premier dans la vie du chrétien. C’est l’essentiel de l’essentiel. Dieu veut bousculer chaque être humain pour le faire venir à lui... Mettre casque, genouillères et gants pour en diminuer le choc n’a aucun sens…
  2. Ils réduisent le texte de l’Evangile à quelques passages clés. Quand je discute avec eux, ils ne me parlent pas naturellement de l’Evangile. C’est souvent à ma demande qu’ils acceptent (difficilement) de le citer. Et quels passages citent-ils ? Et bien, il n’y en a qu’une demi-douzaine au total.
  • D’abord et avant tout, largement en tête de leur hit-parade, le passage où Jésus chasse les vendeurs du Temple. (Mt 21 : 12) Cela leur permet de justifier toutes les violences, toutes les guerres (mêmes injustes), toutes les outrances d’autorité. Jésus chassait les vendeurs du temple parce que c’étaient des vendeurs et parce que c’était le Temple. Pour eux, cela veut dire aussi qu’il faut chasser les musulmans du sol français. Le sol français n’est pas le Temple. Les musulmans n’y font pas du commerce. Mais qu’importe, suivre ce passage c’est faire la guerre aux Musulmans
  • Ensuite, c’est le verset « Allez enseignez toutes les Nations ». (Mt 28 : 19) Cette petite phrase leur permet de justifier tous leurs impérialismes, de justifier leur position de connaitre, eux, la vérité et de l’imposer au monde. Ils ne comprennent pas que ce n’est certainement pas ça que le Christ a voulu dire, que tout le reste de l’Evangile appelle à plus d’humilité, à plus de respect pour les croyances de l’autre… Il faut dire qu’ils n’ont jamais saisi l’Esprit de l’Évangile, tant ils ont jeté aux poubelles la plupart du texte.
  • Ils citent aussi, mais plus rarement, d’autres versets auxquels ils font dire que Dieu rejette et punit les non-croyants, que l’Islam est la religion du diable, que l’incroyance est un fléau…

Bref, leur évangile, ne contient qu’une page ou deux. Le gros de leur foi, ils la justifient à partir de texte d’Eglise souvent surannés, détachés de leur contexte, vieillots, sans aucun rapport avec le monde actuel.

  1. Ils renient l’essence même de l’Evangile: cet attachement inconditionnel au Christ, la prééminence de cet attachement par rapport à toutes les règles humaines. J’ai entendu un jour un prédicateur poser la question à des religieuses : « Mes sœurs, êtes-vous sûres que votre relation à Dieu passe avant le respect des règles de votre congrégation ? ». On pourrait poser la même question à ces ultra-Kthos. Non, chez eux, la relation au Christ est plutôt une conséquence qu’une cause. Pour imposer leur vision « chrétienne », ils doivent bien croire au Christ. Mais l’important, pour eux, n’est pas là.
  2. Ils prétendent tout connaitre du Jugement de Dieu. Dieu n’est plus une personne, pour eux. C’est une machine qui punit et récompense d’après l’algorithme d’une machine qu’eux seuls connaissent. Ils sont persuadés que tous les gens dont ils rejettent la pensée iront en enfer. Ils adorent mettre des limites à l’Amour de Dieu pour être sûr que leurs ennemis soient damnés éternellement. Pour eux, Dieu est Justice avant d’être Amour. Or, tout l’Evangile dit le contraire. Mais ces gens tombent dans la gnose : ils s’imaginent tout connaitre de Dieu.
  3.  Ils savent exactement ce qu’il faut faire pour mériter le ciel. Pour eux, il y a une liste exhaustive de choses à penser, à dire, à faire pour être sûr d’être sauvé. Il y a aussi, parallèlement une longue liste de choses à ne pas penser, à ne pas dire, à ne pas faire qu’ils aiment rappeler aux chrétiens qui ne sont pas de leur bord… Cette propension à réduire la vie du chrétien à une liste de choses à accomplir, s’appelle le Pélagianisme. C’est une hérésie maintes fois condamnée par l’Eglise, mais ils n’en ont cure.

Voilà, j’ai fait un rapide tour d’horizon de la foi de ces gens-là. Ils se permettent tout. Par exemple, vous le savez avec les Manifs Pour Tous, ils sont prêts à imposer à tout le monde des règles écrites pour des croyants. Ils sont prêts aussi à voir le Christ dans des dictatures et le Diable dans des démocraties. Leur devise (non dite, mais si explicite), c’est « Je n’ai qu’une âme qu’il faut sauver ». Le reste, pour eux est absolument sans aucune importance…

L’Evangile est un appel constant à la conversion perpétuelle, à se remettre en question, à essayer sans relâche de mettre concrètement en pratique chacun de ses mots. Ils n’en ont cure. Ils sont tellement sûrs d’avoir raison….

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.