Quel ennui...

J'avais raté presque toutes les cérémonies d'ouverture des jeux précédents... Si bien que hier soir, enfin, j'ai pu regarder en direct celle de Londres. J'ai vraiment eu beaucoup de mal à ne pas m'endormir...

La cloche de la cérémonie d'ouverture

J'avais raté presque toutes les cérémonies d'ouverture des jeux précédents... Si bien que hier soir, enfin, j'ai pu regarder en direct celle de Londres. J'ai vraiment eu beaucoup de mal à ne pas m'endormir... Ce truc qui a duré 3 heures entières était vraiment indigeste. J'ai cru qu'on prenait le milliard de téléspectateurs branchés là-dessus pour des cons... ou tout au plus pour des grands enfants. Tout y est bling-bling et poudre aux yeux. Pas une once (on est en Grande Bretagne !) de vraie culture ou d'originalité... On a vu, en vrac, un stade transformé en jardin (Est-ce le mot exact ?) anglais, Mary Poppins, une flamme olympique fait de dizaines d'autres petites flammes, deux discours ennuyants, une Reine descendue par hélico qui semblait partager le même sentiment que moi, des groupes musicaux vraiment pas originaux... Un na-na / na-na-na-na / na-na-na-na / Hey Jude que Mc Cartney s'époumonait à faire chanter par les spectateurs, un drapeau olympique géant, des feux d'artifices dans tous les coins, des spectateurs transformés en pixels de toutes les couleurs, des enfants sur des lits d'hôpitaux, d'autres enfants chantant en chœur, des bergères avec leurs moutons, un petit nuage tout en frigolite, des anneaux olympiques flottant dans le ciel, Mister Bean, des cheminées industrielles, des machines à vapeur ... Bref, un beau melting-pot de ce qui est de plus cliché (ou chiqué ???) dans le monde.

Le défilé des athlètes s'est bien coulé dans ce moule-là : long, ennuyant, surtout avec le contenu des commentaires décrivant la tenue choisie par chaque pays, donnant le nom du porte-drapeau, et ne parvenant pas à éviter les redites et les redondances...

A 1H du matin, j'étais foutu, comme passé à la machine à laver de la consommation... Je me suis surpris à fredonner la chanson de Souchon :

Oh la la la vie en rose
Le rose qu' on nous propose 
D' avoir des quantités d' choses 
Qui donnent envies d' autres choses 
Aïe on nous fait croire 
Que le bonheur c' est d' avoir 
De l' avoir plein nos armoires 
Dérision de nous dérisoire, car 

Foule sentimentale
On a soif d' idéal
Attiré par les étoiles les voiles 
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale 
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle


Il se dégage, de ces cartons d' emballage 
Des gens lavés hors d' usages 
Et tristes et sans aucun avantage 
On nous inflige des désirs qui nous affligent
On nous prend faut pas déconner des qu' on est né 
Pour des cons alors qu' on est, une 

Foule sentimentale…

 

On nous Claudia Schieffer on nous Paul Lou Sulitzer 

Ah le mal qu' on peut nous faire

et qui ravagea la moukère

Du ciel dévale un désir qui nous emballe
Pour demain nos enfants pales
Un mieux, un rêve, un cheval

Foule sentimentale

 

Voilà un bel hymne pour les prochains JO, non ?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.