Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 avr. 2022

"Dénazification" de l'Ukraine : l'effrayante tribune de T. Sergueïtsev

Je ne fais ici que relayer le travail du site leshumanites.org qui a traduit l'article d'un certain Sergueïetsev, lequel Sergueïtsev justifie les crimes de guerres commis en Ukraine. Après les dénégations pitoyables, la revendication glaçante. Je ne doute pas qu'il se trouvera encore de sinistres guignols pour tenter de relativiser, voire de justifier, cette tribune. L'abjection sera la leur.

Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source : https://www.leshumanites.org/post/le-mein-kampf-de-poutine-d%C3%A9nazification-de-l-ukraine-l-effrayante-tribune-de-t-sergue%C3%AFtsev

Cet article vous est offert par la rédaction des humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI


Au moins les choses sont claires. « L’écrivain » Timofeï Sergueïtsev est l’un des principaux idéologues de la « dénazification » de l’Ukraine [qu’il avait annoncée, pour ne pas dire planifiée, dès avril 2021, lire ICI en russe], l’objectif avancé par Vladimir Poutine pour justifier l’invasion russe en Ukraine. Dans une longue tribune publiée ce dimanche par l’agence officielle RIA Novosti (donc avec le nécessaire aval du Kremlin, et sans doute, de Vladimir Poutine en personne), on comprend mieux les visées de Vladimir Poutine, mais aussi les exactions commises par l’armée russe qui, dit Sergueitsev, de peuvent être qualifiées de crimes de guerre (puisqu’il s’agit de combattre le nazisme »). Et les actions de l’armé ne russe ne concernent pas les seuls militaires ukrainiens, mais l’ensemble des civils qualifiés de « nazis passifs » qui ont « soutenu le gouvernement nazi » [de Volodymyr Zelensky].Plus encore : la guerre menée ne suffira pas à « épurer » l’Ukraine. La « dénazification », dit Sergueitsev, devra être poursuivie le temps d’une génération, 25 ans.On comprend mieux en lisant cette tribune « autorisée » -et cela fait froid dans le dos- ce que Poutine veut dire lorsqu’il affirme qu’il n’acceptera de « négocier » qu’une fois acceptées toutes ses conditions. Ce n’est donc pas une négociation mais une reddition.Enfin, la tribune de Timofeï Sergueïtsev exprime pour la première fois, d’une façon on ne peut plus claire, que la guerre menée par Poutine ne s’attaque pas seulement à l’Ukraine, mais à l’ensemble des valeurs européennes et occidentales. Dans la vision de Sergueïtsev, l’Europe et l’Occident sont responsables d’un effondrement civilisationnel, contre lequel la Russie doit faire rempart. La guerre en Ukraine, loin de n’être qu’une guerre territoriale, est donc, pour l’unes idéologues les plus proches de Poutine, une guerre de civilisation. CQFD. Suprême paradoxe : ce texte qui prétend combattre le nazisme peut être lu comme le Mein Kampf de Vladimir Poutine.Jean-Marc Adolphe(Les passages en gras dans la tribune de Timofeï Sergueïtsev ont été soulignés par la rédaction des humanités)

En avril de l'année dernière, nous avons écrit sur l'inévitabilité de la dénazification de l'Ukraine. Nous n'avons pas besoin d'une Ukraine nazie, bandériste [en référence au dirigeant nationaliste ukrainien Stepan Bandera, mort en 1959 à Munich], ennemie de la Russie et instrument de l'Occident pour détruire la Russie. Aujourd'hui, la question de la dénazification est passée au plan pratique.

La dénazification est nécessaire lorsqu'une partie importante du peuple - très probablement sa majorité - est maîtrisée et entraînée par le régime nazi dans sa politique. C'est-à-dire lorsque l'hypothèse « le peuple est bon - le gouvernement est mauvais » ne fonctionne pas. La reconnaissance de ce fait est la base de la politique de dénazification, de toutes ses activités, et le fait lui-même constitue son objet.

L'Ukraine se trouve dans une telle situation. Le fait que les électeurs ukrainiens aient voté pour la "paix de Porochenko" et la "paix de Zelensky" ne doit pas induire en erreur : les Ukrainiens étaient tout à fait satisfaits de la voie la plus courte vers la paix, celle de la guerre éclair, à laquelle les deux derniers présidents ukrainiens ont fait allusion de manière transparente lors de leur élection. C'est précisément cette méthode de "pacification" des antifascistes internes - par la terreur totale - qui a été utilisée à Odessa, Kharkov, Dnepropetrovsk, Mariupol et dans d'autres villes russes. Et cela convenait très bien au citoyen ukrainien moyen. La dénazification est un ensemble de mesures à l'égard de la masse nazie de la population, qui ne peut techniquement pas être directement poursuivie au nom des crimes de guerre.

Les nazis qui ont pris les armes doivent être détruits autant que possible sur le champ de bataille. Il ne faut pas faire de distinction significative entre les forces armées ukrainiennes et les forces dites de sécurité nationale, ainsi que les milices de défense territoriale qui ont rejoint ces deux types de formations militaires. Tous sont également engagés dans une cruauté scandaleuse contre les civils, également responsables du génocide du peuple russe, et ils ne respectent pas les lois et coutumes de la guerre. Les criminels de guerre et les nazis actifs doivent être punis de manière exemplaire. Il faut procéder à un nettoyage total. Toutes les organisations qui se sont liées à la pratique du nazisme doivent être éliminées et interdites. Cependant, en plus des hauts gradés, une partie importante des masses populaires qui sont des nazis passifs, des collaborateurs du nazisme, sont également coupables. Ils ont soutenu le gouvernement nazi et se sont montrés indulgents à son égard. Une punition juste pour cette partie de la population n'est possible qu'en supportant les charges inévitables d'une guerre juste contre le système nazi, menée aussi discrètement que possible contre des civils. La dénazification ultérieure de cette masse de la population consiste en une rééducation, qui est réalisée par une répression idéologique (suppression) des attitudes nazies et une censure sévère : non seulement dans la sphère politique, mais nécessairement aussi dans la sphère de la culture et de l'éducation. C'est par la culture et l'éducation qu'a été préparée et mise en œuvre la profonde nazification de masse de la population, consolidée par la promesse des dividendes de la victoire du régime nazi sur la Russie, la propagande nazie, la violence et la terreur internes, et la guerre de huit ans avec le peuple nazi ukrainien rebelle du Donbass.

La dénazification ne peut être effectuée que par le vainqueur, ce qui suppose son contrôle inconditionnel du processus de dénazification et le pouvoir d'assurer ce contrôle. A ce titre, le pays dénazifié ne peut être souverain. L'État dénazifiant - la Russie - ne peut pas procéder à une approche libérale de la dénazification. L'idéologie du dénazificateur ne peut être contestée par le coupable en cours de dénazification. (…) La durée de la dénazification ne peut en aucun cas être inférieure à une génération, celle qui va naître, grandir et mûrir dans les conditions de la dénazification. La nazification de l'Ukraine dure depuis plus de 30 ans - depuis au moins 1989, lorsque le nationalisme ukrainien a acquis des formes légales et légitimes d'expression politique et a conduit le mouvement pour "l'indépendance" vers le nazisme.

La particularité de l'Ukraine nazifiée moderne est sa nature amorphe et ambivalente, qui permet de déguiser le nazisme en aspirations à l'"indépendance" et à une voie "européenne" (occidentale, pro-américaine) de "développement" (en réalité, de dégradation). Il n'y a pas de parti nazi principal, pas de Führer, et pas de lois raciales à part entière (seulement une version dépouillée sous la forme d'une répression de la langue russe). Par conséquent, il n'y a pas d'opposition ni de résistance au régime. Cependant, tout ce qui précède ne fait pas du nazisme ukrainien une "version allégée" du nazisme allemand de la première moitié du vingtième siècle. Au contraire - comme le nazisme ukrainien est libéré de ces cadres et restrictions de "genre" (technologie politique par essence), il se déploie librement comme la base fondamentale de tout nazisme - comme le racisme européen et, dans sa forme la plus développée, américain. Par conséquent, la dénazification ne peut pas être réalisée de manière compromettante, sur la base d'une formule telle que "OTAN - non, UE - oui". L'Occident collectif est lui-même le concepteur, la source et le sponsor du nazisme ukrainien, tandis que les cadres occidentaux de Bandera et leur "mémoire historique" ne sont qu'un des outils de la nazification de l'Ukraine. L'ukronazisme n'est pas moins une menace pour la paix et la Russie que le nazisme allemand ne l’était avec Hitler.

Le nom "Ukraine" ne peut pas être retenu comme celui d'une formation étatique entièrement dénazifiée sur un territoire libéré du régime nazi. Les républiques populaires nouvellement créées sur les territoires libérés par les nazis doivent naître et naîtront de la pratique de l'autonomie économique et de la protection sociale, de la reconstruction et de la modernisation des systèmes de survie de la population. Leurs aspirations politiques ne peuvent en effet pas être neutres - la rédemption de la culpabilité envers la Russie pour l'avoir traitée comme un ennemi ne peut se réaliser que dans la dépendance de la Russie dans les processus de reconstruction, de régénération et de développement. Aucun "plan Marshall" pour ces territoires ne devrait être autorisé. Il ne peut y avoir de "neutralité" au sens idéologique et pratique compatible avec la dénazification. Les cadres et les organisations qui sont les instruments de la dénazification dans les nouvelles républiques dénazifiées ne peuvent que compter sur le pouvoir direct et le soutien organisationnel de la Russie.

La dénazification sera inévitablement une désukrainisation - un rejet de l'inflation artificielle à grande échelle de la composante ethnique de l'auto-identification de la population des territoires de la Malorossia et de la Novorossia historiques, que les autorités soviétiques ont entamée. Outil de la superpuissance communiste, l'ethnocentrisme artificiel n'est pas resté orphelin après la chute du communisme. Dans cette capacité de service, elle a été reprise par une autre superpuissance (pouvoir sur les États) - la superpuissance de l'Occident. Il doit être rendu à ses limites naturelles et dépouillé de sa fonctionnalité politique.

Contrairement, par exemple, à la Géorgie et aux pays baltes, l'Ukraine, comme l'histoire l'a montré, ne peut pas exister en tant qu'État-nation, et les tentatives de "construction" d'un tel État mènent inévitablement au nazisme. L'ukrainisme est une construction artificielle anti-russe sans contenu civilisationnel propre, un élément subordonné à une civilisation étrangère. La « débandérisation » en soi ne suffira pas à la dénazification - l'élément banderiste n'est qu'un écran, un déguisement pour le projet européen de l'Ukraine nazie, de sorte que la dénazification de l'Ukraine est aussi son inévitable déseuropéanisation.

L’élite bandériste doit être éliminé, il est impossible de la rééduquer. Le "marigot" social qui l'a soutenue activement et passivement par son action et son inaction doit assimiler l'expérience de la guerre comme une leçon historique et une expiation de sa culpabilité. Ceux qui n'ont pas soutenu le régime nazi, qui ont souffert de celui-ci et de la guerre qu'il a déclenchée dans le Donbass, doivent être consolidés et organisés, doivent devenir le soutien du nouveau gouvernement. (…)

La dénazification en tant que but de l'opération militaire spéciale elle-même est comprise comme une victoire militaire sur le régime de Kiev, la libération des territoires des partisans armés de la nazification, l'élimination des nazis intransigeants, la capture des criminels de guerre et la création des conditions systémiques pour une dénazification ultérieure en temps de paix. Ces derniers, à leur tour, devraient commencer par l'organisation d'organes locaux d'autonomie, de police et de défense nettoyés des éléments nazis, en lançant sur leur base les processus de fondation du nouvel État, en intégrant cet État en étroite coopération avec l'agence russe de dénazification (nouvellement créée ou refaite, disons, à partir de Rossotrudnichestvo), avec l'adoption sous contrôle russe d'un cadre réglementaire pour la dénazification, en définissant les limites et les cadres directement. À cet égard, la Russie devrait agir comme un gardien du processus de Nuremberg.

Tout ce qui précède signifie que pour atteindre les objectifs de dénazification, il est nécessaire de soutenir la population, de la faire passer en Russie après l'avoir libérée de la terreur, de la violence et de la pression idéologique du régime de Kiev, après l'avoir sortie de l'isolement informationnel. Bien sûr, il faudra un certain temps pour que les gens se remettent du choc de l'action militaire et soient convaincus des intentions à long terme de la Russie. Il est impossible de prévoir à l'avance dans quels territoires cette masse de population constituera une majorité indispensable. "La province catholique" (l'Ukraine occidentale, qui comprend cinq régions) a peu de chances de faire partie des territoires pro-russes. La ligne d'exclusion, cependant, sera trouvée expérimentalement. Une Ukraine hostile à la Russie, mais neutre et démilitarisée par la force, avec un nazisme formellement interdit, restera derrière elle. Les personnes qui détestent la Russie vont y aller. Une garantie que cette Ukraine résiduelle restera neutre devrait être la menace d'une poursuite immédiate de l'opération militaire si les exigences énumérées ne sont pas satisfaites. Cela nécessiterait probablement une présence militaire russe permanente sur son territoire. (…)

L'opération de dénazification de l'Ukraine, qui a commencé par une phase militaire, poursuivra en temps de paix la même logique d'étapes qu'une opération militaire. À chacune d'elles, des changements irréversibles devront être réalisés, qui seront les résultats de l'étape correspondante. Les étapes initiales nécessaires de la dénazification peuvent être définies comme suit :

Liquidation des formations armées nazies (nous entendons par là toutes les formations armées d'Ukraine), ainsi que de l'infrastructure militaire, informationnelle et éducative qui assure leur activité ;

La formation d'un gouvernement populaire autonome et d'une police (défense et ordre public) dans les territoires libérés afin de protéger la population de la terreur des groupes nazis clandestins ;

L'installation d'un espace d'information russe ;

Retrait du matériel pédagogique et interdiction des programmes éducatifs à tous les niveaux qui contiennent des attitudes idéologiques nazies ;

Des enquêtes de masse visant à établir la responsabilité personnelle pour les crimes de guerre, les crimes contre l'humanité, la diffusion de l'idéologie nazie et le soutien au régime nazi ;

Épuration, divulgation des noms des collaborateurs du régime nazi et de leur travail forcé pour reconstruire les infrastructures détruites en punition de leurs activités nazies (parmi ceux qui ne seront pas soumis à la peine de mort ou à l'emprisonnement) ;

Adoption au niveau local, sous l'autorité de la Russie, des principaux actes réglementaires de dénazification "par le bas", interdisant toute sorte et forme de renaissance de l'idéologie nazie ;

La création de mémoriaux, de monuments commémoratifs et de monuments aux victimes du nazisme ukrainien et la perpétuation du souvenir des héros qui l'ont combattu ;

L'inclusion d'un ensemble de normes anti-fascistes et de dénazification dans les constitutions des nouvelles républiques populaires ;

Création d'organismes permanents de dénazification pour une période de 25 ans.

La Russie n'aura pas d'alliés dans la dénazification de l'Ukraine, puisqu’il s'agit d'une affaire purement russe, et aussi parce que ce n'est pas seulement la « version Bandera » de l'Ukraine nazie qui sera éradiquée, mais aussi et surtout le totalitarisme occidental, les programmes imposés de dégradation et d'effondrement des civilisations, les mécanismes de subordination à la superpuissance de l'Occident et des États-Unis.

Afin de mettre en œuvre le plan de dénazification de l'Ukraine, la Russie elle-même devra finalement renoncer à ses illusions pro-européennes et pro-occidentales, se réaliser comme la dernière instance de protection et de préservation de ces valeurs de l'Europe historique (Vieux Monde), que l'Occident a finalement abandonnées. Cette lutte s'est poursuivie tout au long du vingtième siècle et s'est manifestée par la guerre mondiale et la révolution russe, inextricablement liées l'une à l'autre.

La Russie a fait tout ce qu'elle pouvait pour sauver l'Occident au vingtième siècle. Elle a réalisé le principal projet occidental, l'alternative au capitalisme qui a vaincu les États-nations - le projet socialiste, rouge. Elle a écrasé le nazisme allemand, rejeton monstrueux de la crise de la civilisation occidentale. Le dernier acte d'altruisme russe a été la main tendue de l'amitié, pour laquelle la Russie a reçu un coup monstrueux dans les années 1990.

Tout ce que la Russie a fait pour l'Occident, elle l'a fait à ses propres frais, en faisant les plus grands sacrifices. L'Occident a fini par rejeter tous ces sacrifices, a dévalorisé la contribution de la Russie à la résolution de la crise occidentale et a décidé de se venger de la Russie pour l'aide qu'elle a fournie de manière désintéressée. À partir de maintenant, la Russie suivra sa propre voie, sans se soucier du sort de l'Occident, en s'appuyant sur une autre partie de son héritage : le leadership dans le processus de décolonisation mondiale.

Dans le cadre de ce processus, la Russie a un fort potentiel de partenariats et d'alliances avec des pays que l'Occident a opprimés pendant des siècles et qui n'ont aucune intention de remettre leur joug. Sans le sacrifice et la lutte des Russes, ces pays n'auraient pas été libérés. La dénazification de l'Ukraine est en même temps sa décolonisation, un fait que la population ukrainienne doit comprendre lorsqu'elle commence à se libérer des fantômes, des tentations et des dépendances du soi-disant choix européen.

Version originale de la tribune de Timofeï Sergueïtsev, sur le site de l’agence RIA Novosti : ICI

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel