Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 janv. 2019

On agresse des journalistes et Mediapart se tait

Quand des journalistes se font agresser au cours de manifestations jaunes, le silence est-il la meilleure politique ?

Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À Rouen, on tabasse un agent de sécurité qui protégeait une équipe de LCI. À Marseille ou à Toulon, des journalistes de France 3 ou de l'AFP sont insulté.e.s et pourchassé.e.s. À Toulouse, on menace dans des termes choisis une journaliste de La Dépêche du Midi. Dans le Nord ou dans l'Yonne, on empêche la diffusion des journaux locaux.

Dans les commentaires de Mediapart même, on évoque couramment Radio Paris pour parler de Radio France, on insulte copieusement les journalistes, y compris à l'occasion les journalistes de Mediapart, et Mediapart constate tout benoîtement que... le fossé se creuse. Pas que la liberté de la presse est menacée, non : que le fossé se creuse.

On peut comprendre la défiance qu'inspirent bon nombre de médias et d'éditocrates aux Jaunes, et pas qu'aux Jaunes d'ailleurs. Il aurait d'ailleurs peut-être mieux valu se rendre compte avant le moment jaune que les vecteurs d'information ne sont pas exempts d'idéologie, et que cette idéologie est bien sûr le plus souvent l'idéologie dominante : la déception aurait été moins forte.

Un vecteur d'information, quel qu'il soit, est un élément pour se former son opinion ; ce n'est pas, ce n'est jamais un catéchisme. C'est peut-être pour avoir oublié (ou ignoré) cette évidence que tant de Jaunes sont aujourd'hui si furieux contre les journalistes, comme si les journalistes formaient une masse homogène et indistincte.

Il faut voir comment certain.e.s abonné.e.s continuent de reprocher (plus d'un an et demi après !) le choix qu'avait fait Mediapart de voter et faire voter Macron : pour avoir été à l'époque pas qu'un peu contrarié par ce parti-pris électoral, il ne m'est pourtant jamais venu à l'idée que c'est Mediapart qui avait fait élire Macron.

Idem aujourd'hui : je suis aujourd'hui pas qu'un peu contrarié par ce que je tiens pour le parti-pris favorable de Mediapart à l'égard des Jaunes, et je suis donc bien placé pour comprendre que certain.e.s Jaunes puissent être contrarié.e.s par ce qu'elles et ils tiennent pour le parti-pris défavorable à l'égard des Jaunes qu'elles et ils perçoivent dans d'autres journaux. (Si c'est à tort ou à raison, je n'en sais à peu près rien, n'étant pas consommateur de la majeure partie de ces journaux.)

Mais, tout cela posé, je me demande bien ce qui justifie l'étrange silence assez peu confraternel de Mediapart sur ces agression de journalistes. Je me demande ce que signifie cette indifférence de la part des abonné.e.s par ailleurs si prompt.e.s à s'émouvoir (à très juste titre) de la brutalité des forces de l'ordre.

Peut-être faudrait-il tout de même se rappeler qu'il est toujours préférable d'avoir des journaux qu'on peut critiquer que n'avoir pas de journaux qui, pour le coup, seraient effectivement irréprochables.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat