Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 juil. 2018

Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

Lanzmann, Shoah et les imbéciles

La mort de Lanzmann a suscité nombre de commentaires irrités (pour dire le moins) sur les aspects les plus contestables du personnage, notamment en raison de son alignement inconditionnel sur les positions israéliennes. Bizarrement, ces commentaires ont parfois tenté dans le même mouvement de dénigrer le film pour lequel il est le plus connu. Bizarrement, vraiment ? Qu'en penser ?

Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a beaucoup à dire sur Shoah, mais ce n'est pas le propos de ce billet (et d'autant moins que beaucoup a été très bien dit ailleurs). Il y a beaucoup à dire sur Lanzmann, notamment sur son engagement inconditionnel aux côtés d'Israël, mais ce n'est pas le propos de ce billet (et d'autant moins que beaucoup a déjà été dit, et dans des termes peu amènes, de son vivant).

Ce qui m'a frappé, à la lecture des commentaires tant de l'article d'Antoine Perraud que du billet de Philips Michel qui étaient consacrés l'un et l'autre au film (au film, pas à la personne), c'est l'incapacité de certains commentateurs à regarder le film pour ce qu'il est, comme si la personne de Lanzmann et ses engagements empêchaient de voir, simplement voir, et entendre, simplement entendre, les personnes qui y donnent leurs témoignages.

C'est à cet aveuglement et à cette surdité que je consacre ce billet.

Un argument récurrent consistait à faire valoir que Lanzmann avait conçu Shoah comme un volet de son triptyque, intercalé entre Pourquoi Israël (1972) et Tsahal (1994). C'est parfaitement exact, de même qu'il est parfaitement exact, selon moi, que ces deux films représentent des exemples quasi canoniques du cinéma de propagande (le second plus encore que le premier). Et alors ? Qu'est-ce que ça change au regard qu'on peut porter sur Shoah et à l'écoute qu'on peut prêter aux survivants (et aux complices) interrogés dans Shoah ? Si Lanzmann avait conçu son film comme une défense du 4-4-2 en losange ou de la cuisine végétarienne, est-ce que cela changerait quoi que ce soit à ce que nous voyons et entendons ?

Les exemples ne manquent pourtant pas d'auteurs (de chansons, de livres, de films, etc) qui conçoivent leur œuvre de telle ou telle manière, et dont nous nous préoccupons fort peu du projet au moment de lire, voir, écouter la production elle-même. Lanzmann a conçu l'élément d'un triptyque, grand bien lui fasse ; quant à nous, nous regardons un film en soi.

Où cela devient intéressant, c'est qu'il me semble que Shoah devrait parler à tout un chacun, non pas tant parce que nous y entendons les survivants, mais parce que nous y entendons les complices. Par exemple, si la scène dite du coiffeur de Treblinka (celle que propose Philips Michel dans son billet cité plus haut) me paraît aussi insoutenable, c'est parce que la machine de mort nazie a réussi à faire d'une victime le complice de son entreprise. Le conducteur de train polonais devrait nous rappeler qu'il y a un peu d'Eichmann en chacun de nous si nous n'y prenons pas garde. La force de Shoah, me semble-t-il, réside dans sa faculté à rappeler que le crime contre l'humanité est aussi un crime de l'humanité.

Je dois bien avouer que je suis assez affligé que certains soient incapables de simplement regarder cela. Mais affligé, je le suis plus encore lorsque certains excipent des souffrances (ô combien réelles) des Palestiniens pour justifier le refus de voir et de regarder Shoah. J'ai expliqué à un de ces commentateurs à quel point son incapacité à considérer Shoah me paraît en réalité exactement symétrique de l'incapacité de Lanzmann (par exemple) à considérer l'injustice du sort des Palestiniens. J'ignore si ce commentateur-là précisément est concerné par ce que je vais écrire ensuite, mais il me paraît que, très souvent au moins, l'incapacité à regarder Shoah (le film) procède d'un refus à regarder la shoah (le fait historique).

Gilbert Achcar, qui est assez loin d'être un imbécile, a consacré un livre très riche à une question qui n'est pas très éloignée, Les Arabes et la Shoah, la guerre israélo-arabe des récits (éditions Sindbad). Le livre est, dans son ensemble, tout à fait passionnant et j'en recommande chaleureusement la lecture... mais j'en recommande surtout la lecture pour ce qu'Achcar y déplore le refus ou l'incapacité des Arabes à considérer que la destruction des Juifs d'Europe, quand bien même les Arabes n'y ont aucune part (sinon extrêmement marginale), est en effet un évènement majeur de la conscience nationale israélienne. Surtout, Achcar n'esquive pas la réalité d'un antisémitisme bien vivace à l'intérieur du mouvement national arabe (notamment palestinien). Or, lui semble-t-il (et je suis parfaitement d'accord avec lui), cet antisémitisme et ce négationnisme entravent considérablement l'efficacité du mouvement de libération des Palestiniens.

Achcar ne s'intéresse pas aux commentateurs de Mediapart (et comme on le comprend !). Toutefois, si on peut trouver des explications (pas des excuses, des explications) à une telle attitude chez ceux qui subissent réellement le colonialisme israélien, je trouve qu'elle est beaucoup moins compréhensible de la part de sympathisants qui ne se tapent pas les queues de plusieurs heures (voire jours) aux check-points, les assassinats ciblés (ou pas très ciblés, comme les assassinats à l'occasion des manifestations pacifiques à Gaza en avril dernier) ou les ratonnades de l'armée israélienne.

Je suis étonné que ces soutiens de la cause palestinienne ne comprennent pas que leur attitude est en fait le pire frein à l'efficacité de leur protestation, pourtant par ailleurs très légitime. Je soutiens la cause palestinienne depuis une bonne quarantaine d'années, et je dois dire que ce genre d'acrimonie particulièrement idiote me désespère souvent, et d'autant plus que cela revient en fait à donner raison à ceux qui soutiennent que l'antisionisme n'est que la forme nouvelle de l'antisémitisme. Pour paraphraser August Bebel, je constate qu'en effet l'antisémitisme est l'antisionisme des imbéciles, tellement imbéciles qu'il suffit souvent de gratter à peine pour le trouver : avec des amis comme ceux-là, on peut se demander si la Palestine a besoin d'ennemis.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — L’argent libyen de Sarkozy

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit