Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 mars 2022

Marina Ovsiannikova : Seule dans Moscou

Ce qu'il y a d'héroïque et de sublime dans un geste de résistance apparemment si dérisoire.

Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi, plus que la résistance de l'Ukraine à l'invasion russe, plus que les foules qui manifestent en Russie contre la guerre, pourquoi l'image désormais célèbre de Marina Ovsiannikova m'a-t-elle frappé aussi directement, aussi personnellement ?

Marina Ovsiannikova - Crédit AFP

Ce que j'y vois, c'est une personne, justement, une simple personne qui dispose de très peu de moyens mais qui les met entièrement au service de quelque chose qui lui paraît plus grand qu'elle. Essayons d'imaginer ce que sera la vie d'Ovsiannikova après sa très probable condamnation : un nombre plus ou moins grand d'années de prisons (la récente loi permet de lui en infliger jusqu'à 15), une condition physique qui se sera probablement dégradée, des enfants qui grandiront sans elle, un avenir professionnel dans lequel elle ne sera plus journaliste (du moins aussi longtemps que le poutinisme ou une de ses variantes seront au pouvoir), et j'en oublie sûrement.

Ovsiannikova a mis en jeu tout ce qui était sa vie parce qu'elle a considéré que le crime que constitue l'invasion de l'Ukraine interdit qu'on se taise. L'image présente du reste à mes yeux un intérêt visuel tout à fait singulier. Le panneau que porte Ovsiannikova recouvre sa bouche : pourtant c'est elle qui refuse d'être bâillonnée et qui, de fait, porte une parole puissante alors même que la journaliste au premier plan (dont on ne connaît pas le nom) est rendue silencieuse par l'irruption derrière elle alors même qu'elle est, à strictement parler, la voix autorisée. La plus muette des deux est celle dont on voit la bouche.

Régulièrement au cours de nos vies, nous nous demandons si, dans telle ou telle circonstance, nous aurions été résistant ou bourreau (pour reprendre le titre du livre de Pierre Bayard). La vraie question, me semble-t-il, est plutôt de savoir si nous serions capable d'avoir ce simple courage élémentaire, pour ainsi dire voué à l'échec et qui, tout compte fait, ne sauve qu'une chose, essentielle : la dignité humaine.

Hans Fallada, Seul dans Berlin, Folio Gallimard

En fait, lorsque j'ai vu l'image d'Ovsiannikova, j'ai immédiatement repensé au roman d'Hans Fallada, Seul dans Berlin, inspiré de la vie et (surtout) de la résistance et la mort d'Otto et Elise Hampel.

Tout comme Ovsiannikova, le couple Hampel n'a utilisé que des moyens ridiculement faibles pour résister à la tyrannie nazie. Tout comme le geste d'Ovsiannikova, la résistance des Hampel était vouée à l'échec, un échec terriblement cruel. Pourtant, tout comme Ovsiannikova, les Hampel ont fait ce qu'ils ont jugé nécessaire, possible et juste.

Chacune, chacun d'entre nous, serions-nous capable d'avoir ce courage à fonds perdus ? Serions-nous capables de ne sauver que la dignité humaine ? Je n'en sais rien, et personne n'en sait rien jusqu'au moment où on est placé devant des circonstances peu désirables.

Mais c'est pour cela que je voudrais remercier Marina Ovsiannikova, et c'est pour cela qu'il me semble que le peuple russe tout entier devrait remercier Marina Ovsiannikova, parce que c'est elle qui sauve aujourd'hui la Russie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT