Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 déc. 2011

Prasquier (CRIF) n'en rate pas une

Divine surprise sur le site du CRIF et sous le clavier de son président ce 20 décembre : dans un éditorial rapidement repris par la galaxie des sites de soutien inconditionnel à la politique israélienne (juif.org, israel7.com, guysen.com, etc.), Prasquier a fait très fort : les premiers mots, « Ovadia Yossef mérite la mort », sont ceux attribués à Salah Hamouri au cours d'un entretien accordé à des journalistes de l'agence Reuters.

Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Divine surprise sur le site du CRIF et sous le clavier de son président ce 20 décembre : dans un éditorial rapidement repris par la galaxie des sites de soutien inconditionnel à la politique israélienne (juif.org, israel7.com, guysen.com, etc.), Prasquier a fait très fort : les premiers mots, « Ovadia Yossef mérite la mort », sont ceux attribués à Salah Hamouri au cours d'un entretien accordé à des journalistes de l'agence Reuters. Je passe sur les conclusions qu'en tire Prasquier, elles n'ont pas grand chose de surprenant, et ce n'est pas vraiment ce qui est intéressant dans cet éditorial.

Ce qui est vraiment intéressant, c'est que, lorsque qu'on va sur le site de Reuters et qu'on lit l'article, on ne lit pas les mots attribués à Hamouri. On lit une appréciation sur Ovadia Yossef : « Cet homme est et restera le symbole du racisme et du fanatisme d'Israël ». Au risque de défriser Prasquier, je dois bien avouer que c'est une appréciation que je partage. Hamouri ajoute : « Je suis certain de la voie que j'ai choisie et des choix que j'ai faits ». Je reconnais que je ne vois pas bien où est le scandale dans la mesure où la justice israélienne elle-même s'est montrée incapable, et pour cause, de condamner Hamouri pour un quelconque acte de violence, mais pour avoir eu l'intention d'en commettre un, ce que par ailleurs Hamouri a toujours contesté sinon dans le cadre de la procédure de plea bargain, c'est-à-dire d'un marchandage entre l'accusation et la défense. J'ai déjà expliqué ailleurs, il y a trois ans, les circonstances de cet arrangement.

Plus beau encore, selon le communiqué du comité de soutien à Salah Hamouri, les journalistes de Reuters contestent les propos prêtés à Hamouri, enregistrements à l'appui.

J'aimerais bien que Prasquier réponde à cette question toute simple : peut-il nous donner la source des propos qu'il attribue à Hamouri et que je n'ai réussi à retrouver nulle part ?

(Billet également publié sur Rue89)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
En Isère, dans les bottes de la police de l’eau
Dans le département de l’Isère, une vingtaine d’agents sont chargés de réaliser les contrôles pendant les périodes de sécheresse. Arme à la ceinture, mais en privilégiant la prévention à la verbalisation.
par Maïté Darnault et Mathieu Périsse (WeReport)
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Assange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart