Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 août 2011

L'affaire Strauss-Kahn, ou comment s'en dépêtrer

Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est emmerdant, cette affaire Strauss-Kahn. C'est emmerdant du début à la fin. Par quelque bout qu'on la prenne, elle devrait obliger à réfléchir de manière pondérée, même si la simple observation montre que c'est plutôt le contraire qui se produit.

Voilà qu'aujourd'hui le procureur Vance renonce à poursuivre pour des motifs, me semble-t-il, fort respectables : après tout, nous sommes assez nombreux à considérer que ce n'est pas à l'accusé de faire la preuve de son innocence, mais bien à la justice de faire la preuve de sa culpabilité. Or c'est très exactement pour cette raison que Vance a jeté l'éponge, parce qu'il lui paraît impossible d'administrer cette preuve. Du point de vue de la justice, on devrait s'en réjouir sans beaucoup d'arrière-pensée : comme disait l'autre (oui, mais qui ?), "je préfère savoir dix coupables en liberté qu'un seul innocent en prison".

Sauf que ça ne marche pas. Et si ça ne marche pas, c'est qu'il demeure aussi la possibilité que Diallo ait bel et bien été violée. Ce ne serait pas la première fois qu'une victime de viol n'est pas premier prix de vertu mais, quelles que soient ses éventuelles turpitudes, un viol reste un viol. Or, et c'est bien là que ça coince, on se retrouve dans la situation beaucoup trop fréquente où la victime du viol est obligée de se justifier : sur ce coup-là, je me retrouve plutôt bien dans le communiqué de Marie-Georges Buffet.

Au fond, dans cette histoire parfaitement sordide, nous ne saurons jamais la vérité, et c'est bien là que le bât blesse. Notre culture juridique française nous mène à considérer qu'une décision de justice établit la vérité vraie, et on se rappelle combien Patrick Dils (par exemple) a eu de difficultés à faire reconnaître son innocence. Dans l'affaire Strauss-Kahn telle que nous avons pu la connaître (c'est-à-dire, en général, d'assez loin tout de même), nous avions deux risques également insupportables : qu'un innocent soit condamné ou qu'une victime subisse un déni de justice. C'est bien ce qui fait que la décision de Vance ne peut en aucun cas satisfaire le sens de la justice (la catégorie morale) tout en étant la seule acceptable du point de vue de l'exigence de justice (l'institution sociale). En l'espèce, la justice étasunienne prend acte de l'impossibilité d'établir la vérité. Par comparaison, dans l'hypothèse où la justice française aurait été saisie d'une telle affaire, la conclusion aurait tranché en délivrant un verdict ou un non-lieu.

Et justement, cette histoire devrait avoir eu un autre mérite, celui de nous faire réfléchir aux mérites comparés des justices étasunienne et française. De la justice étasunienne, soyons honnête, nous n'en connaissons souvent que la version cinématographico-télévisuelle ou les cas au bas mot problématiques (par exemple, celui de Troy Davis). Or nous avons pu nous rendre compte qu'il arrive qu'elle soit exemplaire et pas aussi désinvolte que nous le croyons souvent, moi le tout premier : certes, le soupçon de justice de classe, voire de race, existe (et je le partage) et je doute qu'elle eût été aussi précautionneuse si l'accusé avait été noir et pauvre et la plaignante riche et blanche. J'ai été assez réservé sur les velléités de réformes du système judiciare par Sarkozy, notamment tendant à le faire pencher vers un système plus accusatoire. Or je me rends compte que ce système peut n'être pas aussi pervers que je l'avais cru, même si nous savions déjà que la procédure inquisitoire peut produire des erreurs judiciaires tout aussi retentissantes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain