Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 juin 2020

Les flics sont-ils cons ?

Alors que, dans le sillage de la mort de Floyd à Minneapolis et la remise au premier plan de la mort de Traoré, ressurgit le débat sur le racisme et la violence à l'intérieur des institutions chargées du maintien de l'ordre, les policiers et leurs familles semblent avoir choisi la pire manière de répondre. Pourquoi tant de bêtise ?

Thierry Reboud
Commercial, militant syndical
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour ce qui me concerne, je ne fais pas partie de celles et ceux qui considèrent que la police est par nature viciée. Je la tiens plutôt pour un mal nécessaire : il serait sans doute préférable que nous soyons capables de vivre en société sans police mais les faits sont têtus et, les choses et l'humanité étant ce qu'elles sont, je constate que là où il n'y a pas de police, c'est la loi du plus fort qui s'impose... et la loi du plus fort me paraît plus détestable encore que la police.

Je ne fais pas partie non plus de celles et ceux qui tiennent pour acquis que tous les policiers sont racistes et assoiffés de sang, quand bien même certains biais policiers font que, dans les faits, les Noirs et les Arabes sont très considérablement plus contrôlés par la police que les Roses : c'est amplement documenté et il me paraît inutile de revenir là-dessus.

De même, quand bien même les policiers ne seraient pas tous assoiffés de sang, les errements de la doctrine de maintien de l'ordre à la française font que l'usage de la force, dégénérant souvent en violence, s'est beaucoup trop banalisé selon moi. De ce point de vue, quelles qu'aient été (et quelles que soient encore) mes réticences à l'égard du moment jaune commencé en novembre 2018, je dois dire que la répression qui lui a été opposée m'a paru non seulement d'une rare stupidité, mais aussi d'une intolérable violence.

Cela posé, quand nous apprenons que des groupes Fassebouque autorisent des propos parfaitement racistes (et donc illégaux) parmi la gent policière, quand nous constatons les dérives (pourtant dénoncées depuis longtemps) du délit d'outrage (voir ici le blog du CODEDO : COllectif pour la DÉpénalisation du Délit d'Outrage/Contre les violences policières), quand nous soulignons (là encore, depuis longtemps) les contrôles au faciès, quand nous dénonçons un usage disproportionné de la force, quand nous remarquons, comme dans l'affaire Traoré, les curieuses impasses de l'instruction dès que la force publique est mise en cause,  il ne s'agit pas, ou en tout cas pas toujours et certainement pas de ma part, de dénoncer l'institution policière en elle-même. Il s'agit bien plutôt d'en dénoncer certaines pratiques, et un certain usage politique qui est fait d'elle.

En fait, tout le monde aurait intérêt à avoir une police respectable et digne de confiance. Tout le monde, à commencer par les policiers eux-mêmes.

C'est pourquoi je suis extrêmement surpris que ce soit encore et et toujours l'esprit de corps le plus étroit qui règne en maître dans les récentes réactions policières, alors même que nombre d'agents reconnaissent qu'il serait temps de faire le ménage dans leurs rangs. Une certaine Mathilde, policière de son état, déclare dans un article du Monde : « On a déjà tous entendu des histoires de racisme. Il y a des brebis galeuses dans la police, des collègues qui doivent être sanctionnés. Mais on ne peut pas mettre dans le même sac 150 000 fonctionnaires. »

Je vous demande pardon, Mathilde, mais c'est en vous taisant que vous contribuez à mettre tous les policiers dans le même sac raciste. Il se trouve que, peu de temps auparavant, trois CRS ont été renvoyés devant la justice pour faux et violences : un seul a commis les violences, mais les deux autres ont couvert et ont menti. Dans ce cas très précis, ce n'est pas une brebis galeuse : ce sont trois brebis galeuses.

Voilà pourquoi les policiers et les familles de policiers devraient plutôt, dans leur propre intérêt et dans le nôtre, s'associer à une véritable politique d'éradication du racisme dans l'institution policière (mais évidemment pas à la mode grotesque d'un Castaner).

On aurait pu espérer quelque chose comme ça :

Shériff de Flint (Michigan) © TODAY

ou encore comme ça :

Chef de la police de New-York © RMC

Au lieu de cela, ils préfèrent aller faire les pitres devant le Bataclan ou ailleurs. Autant arborer une banderole clamant leur soutien aux policiers racistes, ce serait plus clair.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali