Duchamp et Hitler, une histoire de portrait

Duchamp et Hitler, histoire de portraits. A Munich.

Duchamp à Munich

 

 DUCHAMP MAN RAY HITLER BY HOFFMAN

 

 

Une exposition estivale sur le voyage de Duchamp à Munich en 1912 : un voyage qu'il entreprend après le refus de son Nu descendant l'escalier au Salon des Indépendants. Un photographe, Heinrich  Hoffman, fit un portrait de lui. Ce même photographe a par la suite réalisé une série de photographies célèbres d'Hitler en 1927. Man Ray a repris le portrait d'Hoffman pour lui superposer le Grand Verre (mon propos pictural) en 1923. Les trois ont été regroupés récemment créant un effet certain. 

 

L'artiste quitte Paris et réside trois mois à Munich, il y crée six œuvres dont des études préparatoires pour le fameux Grand verre (1915-23). Après son retour, il abandonne la peinture à l´huile et crée en 1913 la Roue de bicyclette qui passe pour le premier ready-made de l´histoire de l´art. Rétrospectivement, Marcel Duchamp a contribué lui-même au mythe d’un voyage de caractère de rupture en déclarant : « Munich, c´était la scène de ma complète libération ». Le Blaue Reiter le mentionne comme un artiste intéressant. Il lit Du spirituel dans l'art "qui est dans tous les magasins". Il visite une importante exposition industrielle qui l'aurait influencé. Dans le Deutsches Museum des roues de bicyclettes sont présentées sur des fourches, etc. La rupture avec la peinture proviendrait donc à la fois de son exclusion du Salon des Indépendants et de son voyage munichois selon ses propres dires. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.