thomas coutrot
économiste et statisticien
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2018

Gilets jaunes et vipères cornues

Vent de panique sur la classe dirigeante: ce samedi 8 décembre Paris était ville morte. Théâtres, musées, restaurants, magasins, tout était fermé. Détail bouffon : l’exposition « Poison », qui présente des animaux venimeux au Palais de la Découverte, a même été fermée 3 jours, du vendredi au dimanche. De peur que les gilets jaunes ne s’emparent des vipères cornues...

thomas coutrot
économiste et statisticien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dimanche matin, je décide d’emmener mon fils Jonas, 12 ans, à l’exposition « Poison ». Consultant la page web du Palais de la Découverte pour réserver, je tombe, abasourdi, sur l’annonce suivante : «  Horaires d’ouverture au public modifiés les 7, 8 et 9 décembre. À la demande du ministère de la culture, les conditions d'accès sont modifiées comme suit. Vendredi 7 décembre : l’exposition Poison sera fermée au public à partir de 14h ; l’exposition Illusions, les expositions permanentes, le planétarium et les exposés demeureront normalement accessibles, jusqu’à 18h. Samedi 8 décembre : le Palais de la découverte sera fermé au public toute la journée. Dimanche 9 décembre : le Palais fonctionnera aux conditions et horaires habituels (10h – 19h), à l’exception de l’exposition Poison, qui sera fermée au public ».

Le programme de l’exposition était pourtant alléchant : « à travers 25 magnifiques terrariums et paludariums, les visiteurs observeront - en toute sécurité - des espèces vivantes de reptiles, d’amphibiens et d’arthropodes venimeux et vénéneux. Parmi les espèces, vous pourrez voir des serpents comme le crotale diamantin de l’ouest, le cobra du cap, la vipère du Gabon, la vipère heurtante, la vipère cornue, Philodryas baroni, le mocassin à tête cuivrée... » (ici).

Il était déjà loufoque que nos dirigeants s’imaginent les gilets jaunes comme des hordes suffisamment barbares pour envahir et piller les musées parisiens. Aberrant que Macron, Castaner et leurs amis ne comprennent pas la différence que font les citoyens en colère entre une agence BNP-Paribas ou une boutique Hermès et le Louvre. Mais comment qualifier ce fantasme à propos de fous furieux qui arriveraient la veille des manifestations ou resteraient jusqu’au lendemain, pour envahir le Palais de la Découverte, briser les vitrines et s’emparer du venin des vipères cornues, sans doute pour attaquer les CRS qui protègent l’Élysée … ? On aimerait vraiment connaître le nom du haut fonctionnaire (du ministère de la culture?) qui a apporté cette touche de grotesque à la pathétique trouille de nos dirigeants.

Ce mépris des dominants envers « ceux qui ne sont rien » n’est évidemment pas pour rien dans le déclenchement de l’actuel mouvement. Un autre événement récent – et moins anecdotique – l’a bien montré : non seulement la police se croit permis de mettre à genoux des dizaines de lycéens à Mantes-la-Jolie, mais ministres et éditorialistes se relaient (ici)  pour estimer que c’était la meilleure chose à faire avec ces sauvageons de banlieue. Que dans de nombreuses villes ce samedi, des gilets jaunes aient convergé avec les marches pour le climat; qu’ils se soient à leur tour mis à genoux devant les CRS, les mains sur la tête, en solidarité avec les lycéens (ici,), voilà qui montre que ceux d’en bas, eux, aspirent à vivre ensemble dans un monde vivable. Au contraire des puissants, pour qui il est  « devenu inutile de faire comme si l’histoire allait continuer de mener vers un horizon commun où tous les hommes pourraient également prospérer »1.

Leur trouille fait quand même plaisir à voir. Finalement nous sommes allés voir l’expo « Néandertal » au musée de l’Homme. Et pour ma part, je me suis senti plus de commune humanité avec les Néandertal qu'avec les puissants d'aujourd'hui.

1 Bruno Latour, Où atterrir ? Comment s’orienter en politique, Paris, La Découverte, 2017, p. 10.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP