thomas Portes
Porte-parole national de Génération.s et Président de l'observatoire national de l'extrême droite.
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 sept. 2017

Gilbert Cette, la carte secrète de Macron qui prône un SMIC par région et par âge !

thomas Portes
Porte-parole national de Génération.s et Président de l'observatoire national de l'extrême droite.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que tous les regards sont tournés, et c’est bien normal, vers la réforme du code du travail et les fameuses ordonnances, le gouvernement s’attaque à l’existence même du SMIC tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Dans la plus grande opacité le premier ministre Edouard Philippe vient de nommer un groupe d’expert pour travailler sur le SMIC. Pourquoi une telle opacité ? Pourtant, jusque là, rien de bien novateur, puisque ce groupe crée sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy avait été maintenu sous François Hollande. Ce qui change, et on comprend la volonté du gouvernement de ne pas communiquer, c’est sa composition.

Depuis 2008, ce groupe qui aborde les questions du coût du SMIC, du nombre de personnes en bénéficiant, des modalités de revalorisation, comportait toujours un sociologue. Sous Macron exit le sociologue. Ce collectif de travail est désormais uniquement composé d’économistes ultralibéraux.

Parmi cette belle brochette de libéraux un nom mérite toute notre attention : Gilbert Cette. Pour la majorité des françaises et des français le nom du président de ce groupe ne signifie sans doute rien. Pourtant s’il occupe aujourd’hui cette place ce n’est pas le fruit du hasard. En effet ces idées sont entièrement Macron compatibles !

Opération décryptage. Que propose Mr Cette ? Dès 2013 dans les colonnes du Figaro le Mr SMIC du gouvernement proposait « qu’au lieu d’augmenter le SMIC, le baisser progressivement serait plus judicieux en cette période ou le chômage va de record en record ». Celui-ci expliquant même que « le SMIC ne protège pas contre la pauvreté ». Ardent défenseur d’une ligne ultralibérale, il affirme dans le journal Libération du 3 septembre 2015 que « Le SMIC ne doit s’appliquer que par défaut, en l’absence d’accord de branche ». Avec deux ans d’avance sur Hollande et Macron, il théorisait déjà l’inversion de la hiérarchie des normes en prônant l’idée que les branches puissent convenir d’un salaire minimum inférieur au SMIC. Mais la véritable idée pour laquelle le président Jupitérien l’a nommé président de ce groupe, c’est qu’il propose un SMIC par région et par âge ! Non, vous ne rêvez pas, c'est bien ce que propose tout simplement Gilbert Cette ... un dumping social interrégional et intergénérationnel !

De quoi coller parfaitement avec le contenu des ordonnances divulgué il y a quelques jours. Mais notre économiste en chef met déjà en garde contre tout excès d’optimisme : « pendant les premières années les assouplissements du droit de travail risquent de générer une augmentation des licenciements ».

Donc, demain Thierry 38 ans salarié de l’automobile dans le Rhône pourra avoir un SMIC différent de celui de Julien 23 ans salarié de l’automobile dans le Gers ? Et un SMIC inférieur à celui fixé par la loi ?

Alors toujours ravi que Mr Cette soit président du groupe de travail sur le SMIC ?

Il pense que le SMIC ne protège pas de la pauvreté ? J’ai une proposition à lui faire : pourquoi ne pas indexer le Smic sur l'augmentation des salaires des patrons du CAC 40 ?

La première étape dans la résistance au Macronisme consiste dans un décryptage très précis de toutes les décisions prises par le gouvernement. Derrière les masques de la modernité, cette caste d’oligarques veut nous ramener au temps des forges, celui où des patrons tout puissant pouvaient décider du sort de millions de travailleurs au mépris de toute règle de droit. Nous ne laisserons pas faire !

Le 12, soyons des millions à déferler dans la rue !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart