thomas Portes
Président de l'observatoire national de l'extrême droite.
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 sept. 2017

Grève des employés de McDonald's à Londres pour dénoncer les contrats 0 heure

Jamais avide d'innovation pour généraliser l'exploitation avec le contrat 0 heure, le patron peut informer le salarié de l’annulation de ces heures de travail au tout dernier moment.

thomas Portes
Président de l'observatoire national de l'extrême droite.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Historique ! Pour la première fois depuis 1974, date d'implantation de McDonald's sur le sol du Royaume-Uni, des salariés du géant Américain sont en grève.

Un petit séisme au pays du Brexit. Pourtant, au regard des revendications des femmes et des hommes en lutte, on ne peut que les soutenir !

Dans un pays qui a érigé en norme le contrat de travail ultra-précaire, les grévistes dénoncent l'utilisation des contrats 0 heure. Un contrat qui fait fureur au pays du libéralisme !

Mais c'est quoi exactement un contrat 0 heure ? Avec ce type de contrat, l'entreprise peut appeler les employés pour travailler uniquement quand elle en a besoin et les payer seulement pour le nombre d’heures effectuées. De plus, avec ces contrats, l'entreprise n'a aucune d’obligation de donner des heures aux salariés !

Bref, le rêve de tout grand patron mais un cauchemar pour les salariés.

Comment organiser sa vie quand il faut rester disponible toute la journée en attendant le coup de fil qui permettra de bosser quelques heures ?

De plus, la flexibilité n'est pas la seule particularité de ce contrat. L'autre grande caractéristiques est l'imprévisible. Jamais avide d'innovation pour généraliser l'exploitation avec le contrat 0 heure, le patron peut informer le salarié de l’annulation de ces heures de travail au tout dernier moment.

Conséquence directe pour le travailleur : un quotidien extrêmement difficile à gérer notamment en cas de présence d'enfants. Nous voilà revenu au temps de l’aliénation !

De leur côté, les patrons expliquent que le salarié est libre car il peut refuser de travailler une heure ou deux. Les chiffres officiels témoignent d'une autre réalité. Jamais personne ne dit non. Le chantage à l'emploi fonctionne à merveille. Tu ne veux pas travailler une heure ou deux ? Ok mais tu n'auras plus de contrat. C’est ainsi que ça se passe sur le terrain. Il n’existe aucune liberté pour le salarié !

Si aujourd'hui la colère explose chez le géant du fast-food, c'est qu'au Royaume-Uni McDonald’s concentre une quantité très forte de contrats 0 heure, environ 90% de ses salariés en possèdent un.

Décidément, McDonald's est aussi inventif quand il s’agit d’exploiter les salariés que de pratiquer l’évasion fiscale à grande échelle. Pour rappel, l’enseigne Américaine est dans le collimateur de la justice européenne qui lui reproche d’avoir fraudé le fisc par un montage financier complexe. Pour éviter l’impôt, Macdo a transféré son siège social européen du Royaume-Uni en Suisse et fait transiter ses revenus liés à la propriété intellectuelle dans une filiale basée au Luxembourg. Montant de l’opération, un taux d’imposition sur les bénéfices qui est passé de 29% à moins de 6%.

En deux mots, McDonald's est bien le royaume de la mal-bouffe et du mal travail !

C’est vers cette société d’ultraflexibilité que veut nous amener Emmanuel Macron. Le CDI dit "de chantier" est le premier étage de la fusée du projet présidentiel, n’en doutons pas. L’Angleterre au même titre que l’Allemagne sont des modèles dont souhaite s’inspirer le président de la République.

Des modèles où les retraités sont obligés de travailler au regard de la faiblesse de leurs revenus, des pays où les étudiants sont des salariés à part entière, des pays où des hommes et des femmes cumulent plusieurs boulots pour pouvoir se nourir.

Au Royaume-Uni, selon les derniers chiffres dont nous disposons (juillet 2016), les contrats "zéro heure" concernent 2.9% des actifs soit 900 003 personnes.

Alors oui, les revendications des salariés sont légitimes. Que demandent-ils : être payés 10 livres de l’heure (contre 7 actuellement) et avoir une garantie d’heure de travail pas mois. Rien de bien révolutionnaire, juste un statut décent ce qui semble apparemment trop pour McDonald's !

Ce mouvement lancé aujourd’hui coïncide avec d’autres grèves en Belgique et aux États-Unis.

Plus que jamais la convergence des luttes demeure une nécessité !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com