Le management SNCF pousse au suicide !

Alors que nous alertons depuis de nombreuses semaines sur la situation sociale extrêmement préoccupante au sein de la SNCF, un nouveau drame s'est produit vendredi. 

Une cheminote, âgée de 41 ans, travaillant aux ressources humaines, s'est tailladée les veines sur son lieu de travail à Clichy, suite à un entretien avec sa hiérarchie. 

Pour expliquer ses motivations notre collègue a laissé un massage très explicite sur un tableau mural. 

Jusqu'où irons nous ? Depuis maintenant plusieurs mois, pas une semaine passe sans qu'une cheminote ou un cheminot tente de mettre fin à ses jours. Ajouté aux accidents de travail mortels dus à des conditions de travail de plus en plus dégradées, la situation sanitaire devient extrêmement inquiétante !

Enfermée dans une vision purement comptable, oú les bénéfices et la rentabilité sont érigés en alpha et oméga de la politique de l'entreprise, la direction de la SNCF porte une lourde responsabilité dans les nombreux suicides de salariés de l'entreprise. 

Les cheminotes et les cheminots ne sont pas des variables d'ajustement. Ce sont des hommes et des femmes, attachés à la notion de service public, fier de travailler pour la SNCF, et qui ne supportent plus la pression managériale qui s'exerce au quotidien. 

Dans quelques semaines, l'encadrement de notre entreprise se verra "proposer" un avenant au contrat pour passer au forfait-jour, accentuant encore un peu l'aliénation au travail. Car si ces avenants parlent de charge de travail et de charge mentale, aucune définition précise n'existe. 

Partout où ces nouveaux régimes de travail ont été mis en place, la souffrance des salariés à littéralement explosée, débouchant sur un nombre très important de suicide. 

J'invite fortement, toutes celles et ceux qui vont se voir proposer cet avenant à le refuser. 

La CGT-Cheminots de Mautauban, se tient à votre disposition pour toutes explications, ou toutes questions sur les démarches à entreprendre. 

Nous ne laisserons pas les cheminots et les cheminots mourrir au travail. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.