Thomas.Vescovi
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 févr. 2021

Clavreul (et le Printemps républicain) ne mérite pas la moyenne

Qui a déclaré qu'à l'instar des catholiques pendant 130 ans, les musulmans deviendraient républicains à force de se faire taper dessus ? De nombreux cadres du Rassemblement national signeraient cette affirmation sans sourciller. Sauf qu'il s'agit de Gilles Clavreul, figure importante du Printemps Républicain, groupuscule très influent auprès du gouvernement.

Thomas.Vescovi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une enquête réalisée par Slate.fr sur le Printemps républicain, Gilles Clavreul déclare : « Vous savez pourquoi les catholiques sont devenus républicains ? C’est parce qu’on leur a tapé dessus pendant 130 ans. On n’en est qu’au début pour les musulmans. »

Des propos qui rejoignent ceux du député du Rassemblement national Louis Alliot, prononcés le 30 octobre 2019 : « en 1905, vous croyez que les lois contre le catholicisme se sont imposées comme ça en tenant compte de ce que pensaient les catholiques ? On leur a imposé la loi et ils ont respecté cette loi. »

Si Clavreul était mon élève, une telle affirmation ne mériterait même pas la moyenne. Dans notre période d’extrême confusion, que certains aient cette vision de la laïcité ne m’étonne pas : Marine Le Pen s’affirme bien comme « profondément laïque ». Ce qui mérite notre attention c’est que cet individu et son groupuscule du Printemps républicain influencent (dictent ?) la politique gouvernementale à l’égard des musulmans.

Deux points à rappeler.

L’Église catholique du XIXe siècle avait la main sur une part considérable de la société (école, droit civil...) et pesait dans les décisions politiques. La loi de 1905 vient terminer une politique initiée par les républicains de la IIIe République visant à remettre entre les mains de l’État les prérogatives évoquées précédemment, tout en assurant aux citoyens français non-catholiques de ne jamais se sentir lésés par des prises de décision politique. L’Église est séparée de l’État.

Qu’on m’explique aujourd’hui quel est le pouvoir des musulmans sur l’État ou ses prérogatives ? Des pressions locales, que la loi permet de combattre, ne peuvent en aucun cas être comparées au pouvoir du clergé catholique en France avant 1905 ! D’ailleurs, la laïcité n’a pu à s’imposer à l’islam car cette religion s’est développée dans une France déjà laïque. Les premières associations du culte musulman ne pouvaient ni contourner ni modifier la loi : elles s’y sont soumises.

Deuxièmement, la laïcité ne s’est pas imposée en « tapant » sur les catholiques. À moins de réécrire l’histoire, il reste indéniable que la loi de 1905 est d’abord un compromis visant au respect de toutes les croyances, non pas un front contre la religion en société. Des visions différentes de la laïcité se sont affrontées pendant les dix-huit mois de débat. L’objectif d’Aristide Briant, le rapporteur de la loi, était de parvenir à un juste milieu prévenant toute division de la société.

Faire de la laïcité une arme contre la présence religieuse dans la sphère publique est une déformation de la loi de 1905, d’ailleurs bien visible par la nécessité des prétendus défenseurs de la laïcité de multiplier de nouvelles lois pour assurer « leur » vision de la laïcité : loi de 2004 interdisant le port de signes religieux à l'école, circulaire Chatel de 2012 contre le port de signes religieux pour les accompagnatrices de sortie scolaire, loi de 2021 contre le séparatisme...

Comme le dit Jean Baubérot : « la laïcité c’est la liberté imposée aux religions et non la répression des religions. »

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Zemmour, un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B