Tin Hinane
Militante féministe et antiraciste
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2022

Les folles d'enfer

Déambulation glaçante à travers les dortoirs, chapelle, ou prisons... aux cris des folles, ou pour y entendre, au coeur de la révolution de 1789 les premières assemblées politiques de femmes qui appellent à se soulever, à former des bataillons contre le pouvoir oppresseur. Un tableau au vitriol des "bienfaits du patriarcat" à ne pas manquer.

Tin Hinane
Militante féministe et antiraciste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La folle qui danse. Elle dit que des serpents courent sur ses jambes..... © Tin Hinane

Mâkhi Xenakis a étudié les archives de la Pitié Salpêtrière dont elle a tiré un livre Les folles d’enfer de la Salpêtrière (Actes Sud, 2004).  Y sont racontés, relevés minutieusement l'enfermement, le traitement, les sévices subis par des dizaines de milliers de femmes au fil des siècles.

Après les bûchers du moyen-âge, mendiantes, rebelles, folles, criminelles, orphelines, filles de joie, sorcières, indigentes, vieilles, fillettes, toutes celles que l'on voulait soustraire au regard de la société sont enfermées à l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière - de Louis XIV jusqu'à Charcot qui y développera ses théories de la folie attribuée aux femmes (l'hystérie).

Dénoncées, internées par dénonciations, lettres de cachet, avec la complicité omniprésente de l'Eglise... ces femmes ont été condamnées au pire : travailler et prier du matin au soir, entassées dans des dortoirs insalubres, puants... violées, fouettées, attachées, traitées comme des bêtes sauvages, marquées au fer rouge de la fleur de lys ou du V de "voleuse", les oreilles coupées, pour les plus récalcitrantes.

Théroigne de Méricourt, une féministe trop en avance sur ses contemporains, est conviée au spectacle et y exhorte les "citoyennes"* à former des listes d'amazones, à prendre aussi les armes en des bataillons de femmes, à concurrencer les hommes tout-puissants et cruels. Elle sera enfermée à la Pitié pour y mourir après 23 ans d'affreuses souffrances. Un univers concentrationnaire spécial femmes a été imaginé "par la bonté de nos Rois", pour plus de 100 000 femmes - comme à Ravensbrück ou Auschwitz....

Leurs prisons : le Refuge, les Basses-loges, la Force, les Communs... cachots et autres lieux de supplices, de travail forcé... Elles seront les cobayes de "médecins" tortionnaires violents et vicieux qui expérimenteront leurs délires sur ces corps captifs, décharnés, affamés. Mariées aussi de force pour aller peupler les colonies. De toute la France, des familles venaient les voir le dimanche comme des bêtes derrière les grilles. Tristes et lamentables figurantes aussi de nuits libertines organisées par les mères supérieures où se presse le tout-Paris. 

Les fantômes de ces hordes de femmes en guenilles ont été convoqués pour nous raconter ce matrimoine caché. 

Un portrait glaçant où se nichent des touches d'humour et de beauté. Récits de femmes "en hommage à ce continent noir, des robes blanches, beiges" ont été conçues par Janice Szczypawka. "Des chapeaux fous ont été crochetés par Patricia Dallio. Et c'est la corde au cou que les spectatrices-eurs sont emporté.e.s, dans les abysses de la Salpêtrière".

Le 9 avril, une journée folle : deux déambulations à 10h30 et à 14h30.

En présence de l'auteure Mâkhis Xenakis

Rencontres, lectures, librairie et bal participatif à 20h30.

A l'Espace Saint-Pierremont à Mancieulles (54790)

Regards des participantes sur le projet 

Anne-Margrit Leclerc assisté de Hervé Lang, de la Compagnie du Jarnisy ont dès janvier 2020, mis en place un parcours d’expérimentation et de création.

Musique : Patricia Dallio (Compagnie sound track) - Costumes et regard artistique : Janice Szczypawka (Compagnie Kruk)
Regard chorégraphique : Lucile Guin - Chant : Mylène Willaume - Lumières : Angèle Biocalti - Son : Eric Seisak

Avec les amatrices et amateurs du territoire : Sylvie Barre, Annie Camut, Sophie Chevriaux, Isabelle Claude, Dominique Colson, Chantal Gobert, Danielle Lambert, Aldjia Moulai, Maryvonne Rousseau, Lysiane Savoyant, Athéna Seyed Esmaïl, Alexandre Stefani, Doris, Stoeckel, Yves Storper, Patricia Szafranski, Marie-Claire Urbanski Parisot et Michèle Vic.

Plus d'informations et contact pour les folles d'enfer

 Un spectacle déconseillé au  moins de 13 ans

* droit des votes de tous les hommes (dit universel) est acquis lors de la révolution de 1848. Celui des femmes par un décret de 1944...

Les folles d'enfer © Lucile Matter

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti
Journal — Politique
Violences conjugales : le jugement qui condamne le candidat LREM Jérôme Peyrat
Investi par la majorité présidentielle malgré sa condamnation pour violences conjugales, l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron continue de minimiser les faits. Mais le jugement rendu en septembre 2020 par le tribunal correctionnel d’Angoulême note que Jérôme Peyrat a « adapté sa version » aux stigmates, physiques et psychologiques, constatés sur son ex-compagne, ayant occasionné 14 jours d’ITT.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre