Tin Hinane
Militante féministe et antiraciste
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 août 2021

Les vaccins anti-covid sont-ils dangereux ? Ne censurons pas le débat

Nous serions particulièrement tristes de devoir aussi nous méfier de la censure de Mediapart.

Tin Hinane
Militante féministe et antiraciste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi nous publions un article de Laurent Mucchielli

  de Collectif Ardeur | 9 août 2021 Non classé

Par l’équipe de L’ardeur, association d’éducation populaire politique.

"Exception à la règle, ou plutôt à la pratique habituelle, qui est que les articles de ce site soient écrits par des membres de L’ardeur, celui que vous allez lire ci-dessous est signé de Laurent Mucchielli. Le sociologue ayant vu son texte du 30 juillet (« La vaccination Covid à l’épreuve des faits. Deuxième partie : une mortalité inédite ») « dépublié » par Mediapart, il a sollicité L’ardeur pour publier la suite de son enquête. Nous avons accepté cette demande tant il nous semble que les interrogations posées ne peuvent être évacuées sans aucun débat.

L’argument selon lequel sa légitimité pourrait être mise en question par le fait qu’il intervient aujourd’hui dans le domaine sanitaire, pour lequel « il n’a pas de compétence universitaire ou scientifique particulière », nous semble spécieux et inquiétant. Car c’est à une question bien plus large que le seul aspect sanitaire que nous sommes confrontés.Les politiques réactionnaires des dernières décennies ont imposé l’idéologie sécuritaire qui, plutôt que d’interroger les conditions matérielles d’existence de populations catégorisées comme « défavorisées », les ont criminalisées toujours plus sévèrement. Les travaux de Laurent Mucchielli n’ont eu de cesse de montrer comment ce récit sécuritaire avait été pensé et mis en place, quand bien même l’examen des faits en démentait le discours. Et les forces politiques de gauche d’accepter, d’endosser, voire de durcir, encore ces législations. Nous entrons aujourd’hui, sous couvert d’un « état d’urgence sanitaire », dans une phase de contrôle total de la population, un nouvel « ordre sanitaire » calqué sur la mise en place de « l’ordre sécuritaire », comme nous le pressentions déjà lors de la rédaction de l’article « Covid 19, l’ami des dominants ». Après l’instrumentalisation et la stigmatisation du jeune, forcément de banlieue, celle du « non-vacciné ». Ainsi que l’ont montré les philosophes Barbara Stiegler et Grégoire Chamayou, les penseurs du néo-libéralisme, de Lippman à Hayek, ont théorisé le principe d’un État fort, policier et carcéral, pour maintenir sous contrôle des populations qui risqueraient de ne pas comprendre ou accepter la condition qui leur est assignée. Nous nous y dirigeons à grands pas et, une nouvelle fois, celle qui se nomme encore la gauche, dans sa quasi totalité, fait allégeance. Mais ne nous y trompons pas, nous parlons là de la gauche médiatisée, pas de celle que nous sommes nombreuses et nombreux à revendiquer, même parfois maladroite et désorganisée : nous sommes là !

Inquiétant car nous voyons un piège se refermer : celui qui voudrait que seuls des spécialistes – experts en médecine et santé –, dûment légitimés, soient désormais autorisés à porter une parole publique. L’argumentation de Mediapart est par ailleurs fallacieuse car elle repose sur l’idée que le texte de Laurent Mucchielli diffuserait de « fausses informations » : la rédaction de Mediapart peut contester l’interprétation que le sociologue fait des chiffres qui appuient sa démonstration, il n’empêche que ceux-ci sont officiels et se trouvent aisément sur le site de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament. Nous savons le pouvoir des mots : étendre la notion de « fausses nouvelles », jusque-là réservée aux faits eux-mêmes, à leur interprétation est porteur des dérives potentielles les plus graves.

Militants de l’éducation populaire, nous croyons que chaque citoyen.ne est en capacité de se forger un point de vue. À condition que soient respectés les principes de libre expression et de débat contradictoire. Sans porter de jugement sur le fond de ses articles, nous sommes totalement solidaires de Laurent Mucchielli dans sa lutte pour faire respecter ces principes. La dépublication de l’article d’un directeur de recherche du CNRS par Mediapart est un geste proprement inouï : nous revendiquons de pouvoir lire des analyses critiques de la politique sanitaire dans des médias « de gauche ». Mediapart rejoint dans ce geste de censure Facebook, YouTube et l’ensemble des médias de propagande gouvernementale. Nous attendons de Mediapart que cette décision qui enfreint leurs propres règles d’utilisation de la communauté soit annulée. Nous serions particulièrement tristes de devoir aussi nous méfier de la censure de Mediapart.

Voici donc la suite de l’enquête collective (Laurent Mucchielli, Hélène Banoun, Emmanuelle Darles, Éric Menat, Vincent Pavan et Amine Ulmine) sur la vaccination anti-Covid.

Lien vers l'article de Laurent Mucchielli et du collectif 

https://www.ardeur.net/2021/08/la-dangerosite-des-nouveaux-vaccins-anti-covid-est-un-fait-historique/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes