MARRE D'ÊTRE INVISIBLES

Les médias dominants ne diffusent plus aujourd’hui, après un bref passage de cette mode illusoire dite des « musiques du monde », ces cultures qui nous ont vu grandir, ni les toutes nouvelles pousses fraichement métissées qui se sont épanouies autour de nous.

MARRE D’ETRE INVISIBLES

Nous sommes des millions en France à avoir plusieurs cultures en héritage, et nous devons en être fiers. Les couples mixtes (ayant des origines culturelles différentes) sont très nombreux également et leurs enfants en sont riches. En effet, ces différentes visions du monde ne s’amalgament pas, mais peuvent au contraire s’éclairer mutuellement.

Cependant, qu’on soit d’origine maghrébine ou bretonne, catalane ou(et) gitane, malienne ou corse, afghane ou(et) ch’ti, on doit marier cette ou ces racines à une culture dominante et jacobine qui elle n’est pas du tout ouverte à la diversité. Cette dernière lorgne même souvent vers un horizon anglo-saxon fantasmé et développe de plus un sérieux complexe d’infériorité à son égard.

Pourtant, si l’on vient de ce que certains appellent étrangement « la province », et qui peut englober Marseille, la cité phocéenne, aussi bien que Strasbourg l’Alsacienne, ou un village des Monts d’Arrée en Bretagne, ou bien si une de nos familles à son passé au sein des faubourgs berbères de Beni Melal, dans le Moyen-Atlas marocain, au coeur de la petite ville chiite d’ El Khiam au Sud Liban ou dans un foyer alévi d’Erzincan, en Anatolie, on détient un trésor à respecter et à partager. Il faut le protéger, l’arroser régulièrement afin qu’il ne cesse de fleurir.

Les médias dominants ne diffusent plus aujourd’hui, après un bref passage de cette mode illusoire dite des « musiques du monde », ces cultures qui nous ont vu grandir, ni les toutes nouvelles pousses fraichement métissées qui se sont épanouies autour de nous. Une grande part de ce qui constitue aujourd’hui la France est invisible dans l’espace public artistique, comme on a fait disparaitre pour les défilés à la Libération de Paris les soldats pas assez blancs, à la demande des Américains libérateurs. Mais un mensonge ne peut être trop longtemps maquillé en dogme sans conséquence grave pour la cohésion de la société.

Le nombre d’artistes musiciens professionnels issus de ce creuset en France est très important et doit être sujet de fierté car il est de haut niveau. Battons nous pour qu’à la fin de cette période de pandémie si difficile à traverser, on puisse peindre ensemble un paysage musical qui enfin nous ressemble et nous rassemble et où nos enfants trouveront leur juste place. On peut s’y atteler dès maintenant, sans attendre de signal de décideurs pour lesquels ce n’est à l’évidence pas à l’ordre du jour. Pourrait on renvoyer les nationalistes et les communautaristes dos à dos et s’occuper de construire une société bienveillante? Si jamais on en a marre d’être invisible, montrons nous et prenons cette parole, donnons de la voix.

Quelques pistes dans une liste trop courte, injuste, mille fois incomplète et pas du tout exhaustive :

https://www.youtube.com/playlist?list=PLhLMBXMi-tgAKYUAKPUCDtDsMwmSC3vNH

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.