Bernarda Alba de Yana raconté par Patrice Elie Dit Cosaque

Bernarda Alba de Yana, de Frederico Garcia Lorca, adapté et mis en scène par Odile Pedro Leal, avec Irène Bicep, Cornélia Birba, Micheline Dieye, Sarah Jean-Baptiste, Ophélie Joh, Jean-Marc Lucret, Odile Pedro Leal, Emilie Simonnet, Maïte Vauclin, Lumières et Décor de Carlos Perez, Costumes de Carmen Bagoe et Léa Magnein. Grand Théâtre Itinérant de Guyane.

Patrice Elie Dit Cosaque est journaliste pour France TV Outre-Mer.

Retranscription : 

" Federico Garcia Lorca écrit cette pièce en 1936 pour dénoncer la réalité d’une Espagne où les femmes jouent un rôle plus que secondaire dans la société. C’est avec ce paramètre en tête que la metteuse en scène Odile Pedro Leal s’est attaquée à livrer sa propre version en l’adaptant au contexte de la Guyane. Elle en avait déjà livré une première version en 2003 déjà sur la scène de La Chapelle du Verbe Incarné.

Cette fois-ci la pièce de Federico Garcia Lorca, re-revisitée et replongée dans le bouillon guyanais, s’accompagne d’une nouvelle distribution mais avec quelques actrices de la première. Une version rafraichie donc, qui se veut plus moderne, plus proche de la Guyane d’aujourd’hui et ouverte à toutes ses problématiques et à toutes ses diversités. Et ça fonctionne ! Les comédiennes qui composent le casting jouent à l’unisson, chacune d’entre elles dans la vérité de leur rôle. Elles jouent, elles dansent et elles chantent des chants créoles de Guyane joliment interprétés en chœur. Quelques pas de danse aussi donnent à l’ensemble du spectacle son unité, son identité et son message.

Il y a encore beaucoup à faire pour que les femmes sortent des rôles écrasants qu’on leur a assigné depuis des siècles en Espagne comme en Guyane. "

 Vous pouvez également retrouvez l'audio ici :

Bernarda Alba de Yana audio

Pour en savoir plus sur le spectacle, retrouvez ici l'émission Grand Large du 22 juillet 2021 dédiée à Bernarda Alba de Yana.

Bernarda Alba de Yana Bernarda Alba de Yana

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.