Macron s'attaque aux aides sociales.

En dénonçant le "pognon de dingue" injecté dans les aides sociales qui seraient sans résultat probant sur la réduction de la pauvreté, le Président de la République ouvre la voie à une réduction de ces prestations. Par ces mots, Emmanuel Macron ne fait pas qu'alimenter un mythe politique rabâché par tous les gouvernements successifs pour justifier l'austérité, il oriente la réalité et passe sous silence d'autres coûts bien plus importants. Tribune libre.

Alors que le sujet de l’efficience des aides sociales est abordé dans les médias depuis quelques semaines, le Président de la République, dans une vidéo publiée sur Twitter, a fustigé à son tour "le pognon de dingue" investi dans ces aides ne donnant pas, selon lui, la satisfaction escomptée, à savoir, réduire efficacement la pauvreté. Cela ne fait guère de doute, ce constat sans appel devrait servir d'excuse pour opérer de sérieuses coupes très prochainement. Un sophisme libéral éculé en forme de prétexte visant à légitimer une énième baisse de ces aides dans le but de respecter l'engagement de campagne d'Emmanuel Macron, promettant 60 milliards d'euros d'économie dans les dépenses publiques d'ici la fin du quinquennat.

"On a pensé que la réponse à l'exclusion et à la pauvreté, c'était l'argent" E.M

[caption id="attachment_202224" align="alignnone" width="1185"] Par Nawak Illustration[/caption]

L'argumentaire est bien rodé, tant il est utilisé depuis trente ans dès qu'il s'agit de justifier une nouvelle réduction des aides sociales : ces aides ne réduiraient pas la pauvreté"On a pensé que la réponse à l'exclusion et à la pauvreté, c'était l'argent" a même déclaré Emmanuel Macron lors de son discours devant la Mutualité à Montpellier, avant de souligner les limites d'un système qui assiste mais ne libère pas de la précarité. Mettant une nouvelle fois l'accent sur la responsabilité individuelle, le président occulte délibérément d'inscrire dans cette constatation l'influence d'un chômage structurel, d'un système économique mondialisé et d'un marché du travail plus que jamais flexible, que de nombreuses études sérieuses jugent responsables de cette précarité chronique. Mais ces données ne semblent pas rentrer dans l'imaginaire entrepreneurial du chef de l’État. Exit les causes institutionnelles et structurelles complexes des crises, nous sommes et seront toujours responsables de notre situation, pour le meilleur comme pour le pire.

Mais est-ce réellement la lutte contre la pauvreté qui motive le gouvernement à se saisir de ce sujet sensible ? Ou une logique purement budgétaire, visant à contrebalancer les pertes de revenu que les différents cadeaux fiscaux ont entraîné depuis le début du quinquennat ? Toujours est-il que c'est un processus risqué auquel se prête le gouvernement. Car il existe une toute autre lecture de l'impact des aides sociales sur la société.

En effet, le bienfait des aides sociales sur l'économie est une réalité défendue par bon nombre d'économistes. Pour cause, si les aides sociales représentent bien "un pognon de dingue" dans le budget de l’État, ce n'est certainement pas de l'argent jeté par les fenêtres, car ces fonds soutiennent notamment la consommation nécessaire (nourriture, habillement, logement,...) d'un grand nombre de ménages. Le plus souvent, concernant des personnes en précarité, cette dépense est réinjectée immédiatement dans l'économie réelle. Dans le contexte où il n'y a aucune autre source de revenu pour permettre à ces individus de vivre, elle sert directement au plus grand nombre en soutenant, en fonction de la conjoncture, un effet multiplicateur bénéfique pour l'économie et la croissance. Elles participent à stimuler la demande et à terme, l'investissement et l'emploi (offre). C'est d'autant plus vrai dans une société déjà développée à croissance faible mais à PIB élevé. Nous ne parlons donc pas seulement ici de justice sociale, mais bien de réalisme économique. C'est principalement pour cette raison que certains étudient de manière pertinente l’intérêt d'un revenu universel afin de mieux automatiser la redistribution équitable des fruits de l'effort national aujourd'hui capté par une minorité.

https://www.youtube.com/watch?v=dXJSE-98Bvg

Par ailleurs, les aides sociales aident à réduire les inégalités. La réduction de ces inégalités fut d'ailleurs une directive du Fond monétaire internationale (FMI), dans un rapport datant de 2017, pour soutenir la croissance. Des économistes mettent également en lumière l'impact positif de ces aides dans les contextes de crise économique. Durant la crise de subprimes de 2007, la France avait en effet bien tenu la marée grâce, entre autre, à une bonne protection de l'emploi, un service public efficace et des aides sociales solides, soutenant la consommation malgré un contexte mondiale morose (à noter que le mode de consommation est ici une autre problématique). Pendant ce temps, la même crise projetait des millions d'américains dans une extrême précarité.

N'en déplaise au président, c'est d'abord en donnant de l'argent aux plus nécessiteux qu'on lutte efficacement contre une pauvreté immédiate et réelle. Éventuellement, en mettant en place une politique protectionniste intelligente pour privilégier l'économie locale et protéger les emplois qui en découlent. Les prises en charge plus individualisées et les politiques de formation n'auront qu'un effet limité si par ailleurs l’État ne soutient pas la consommation des plus pauvres par une politique de redistribution des richesses et si on ne protège pas les emplois de la concurrence déloyale des pays aux normes sociales moins élevées. Faute de quoi, nous aurons des chômeurs mieux formés, certes, mais des chômeurs quand-même. Et comment une paix sociale pourrait-elle être soutenable si une masse d'individus, sans possibilité d'intégration, voient leur maigres revenus encore baisser ?

[caption id="attachment_202203" align="aligncenter" width="667"] Emmanuel Macron et la Chancelière allemande.[/caption]

La réduction du déficit public est une priorité absolue, estime Emmanuel Macron. Elle semble l'être nettement moins lorsqu'il s'agit de réduire la fiscalité, tant pour les plus fortunés que pour les entreprises. Ces mesures ont pourtant elles aussi un effet néfaste sur le déficit public (en privant l’État de sources de revenu sans garantir l'investissement des entreprises), en plus d'un résultat limité sur l'économie et l'emploi. Étrangement, jamais on ne pense à questionner l'efficacité de ces mesures, on se contente de les appliquer car "il n'y a pas d'alternative" au capitalisme et aux marchés triomphants. Pour satisfaire les directives européennes d'austérité mises en place en 2011, pour "être crédible devant l'Allemagne", pour réduire la dette, en somme ; il ne faudra pas compter sur la solidarité des premiers de cordée, mais bien sur la réduction des ''privilèges'' de pauvres, sur les coupes dans les acquis de longue date obtenus par la population à force de luttes sociales, sur la destruction programmée d'une solidarité institutionnelle unique en son genre, qui fait notamment ses preuves dans nombre de pays nordiques.

Emmanuel Macron, partout, se rêve à faire mieux avec moins : développer un meilleur service public avec moins de fonctionnaires, des meilleurs hôpitaux avec moins de moyens, réduire la pauvreté avec moins de redistribution. Nous pensions avoir élu un banquier président, c'est finalement un président magicien qui nous gouverne.

-T.B

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.