Tristan barra
étudiant en Lettres modernes
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 août 2017

Tristan barra
étudiant en Lettres modernes
Abonné·e de Mediapart

Miam-miam, des nanoparticules d’oxyde de titane retrouvées dans des gâteaux

Les industries agroalimentaires l’affirment à l’unisson, impossible de trouver la moindre trace de nanoparticules dans les marchandises qui gorgent les rayons des grands supermarchés hexagonaux. Le magazine 60 millions de consommateurs révèle pourtant, ce jeudi 24 août, avoir trouvé des traces d’oxyde de titane dans des gâteaux et des bonbons pour enfants.

Tristan barra
étudiant en Lettres modernes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les résultats de leurs recherches sont saisissants : dans l’ensemble des dix-huit variétés de gâteaux et de sucreries analysés, les membres de l’institut national de la consommation ont découvert des traces de cette nanoparticule dans l’additif E171, à un taux de 10%, pour les gâteaux de la marque Oreo, allant jusqu’à  100% pour le dessert « douceur vanille fruits rouges » de la gamme Monoprix.  

La dangerosité de l’oxyde de titane reste encore à prouver, mais les industries agroalimentaires ont néanmoins l’obligation d’indiquer, au dos de leurs emballages, la présence de cette particule dans l’additif E 171 s’il en est composé  à plus de 10%. Selon 60 millions de consommateurs, aucune des denrées  incriminées n’en mentionnait l’existence. La raison ? Éviter d’éveiller, dans l’esprit du client potentiel, la peur de la maladie, sentiments offrant le fâcheux désavantage de faire dégringoler les ventes.

L’oxyde de titane est présent dans de nombreux produits du quotidien, notamment pharmaceutique et cosmétique. Dans le secteur alimentaire, il sert à augmenter la blancheur, à fixer l’humidité ou à empêcher l’agglomération des poudres.  

Déjà classées, en 2006, dans le groupe des cancérigènes potentiels par le CIRC (Comité  international de recherche contre le cancer), les nanoparticules d’oxyde de titane n’avaient pas été pour autant prohibées de l’industrie agroalimentaire. Le rapport du CIRC affirmait en effet que cette substance représentait seulement un risque sanitaire en cas d’inhalation comme c’est le cas, par exemple, pour la poudre de bois. De ce fait, la présence de cette nanoparticule dans la nourriture ne semblait pas inquiéter les différents experts.

 Cependant, en 2017, une expérience a mis en branle cette évidence. Les chercheurs de l’INRA (Institut national de recherche agronomique) ont donné à des rats un additif E171, riche à 50 % en nanoparticules d’oxyde de titane, soit le taux moyen présent dans les aliments ingérés par l’homme. Au bout de 100 jours,  les chercheurs ont observé une augmentation des lésions bénignes dans le côlon des rongeurs, entraînant des cas de polypes, phénomène encore jamais constaté jusque-là et remettant en cause les certitudes des chercheurs.

Suite à ces découvertes, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation avait vivement poussé le gouvernement, dans un rapport rendu le 4 avril 2017, à poursuivre les recherches sur les risques sanitaires liés à la présence de nanoparticules d’oxyde de titane dans différents produits alimentaires. Convoquant le principe de précaution, l’agence recommandait « de limiter l’exposition des consommateurs en favorisant des produits sûrs,  dépourvus de nanoparticules ».

Ce scandale aura, on l’espère, le mérite de faire bouger les choses. Quand au sort qui attend les différents industriels mis en cause, le service de répression des fraudes à d’ores et déjà affirmé au journal l’Express qu’une enquête à grande échelle allait être menée.  Espérons qu’ils possèdent, dans leurs locaux, un solide détecteur de mensonge, car ces grandes firmes nourricières nous prouvent, une fois encore, qu’au pays du business, si l’argent est roi, la tromperie demeure son plus fidèle associé.

             - Tristan Barra

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon