ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

239 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 févr. 2021

Court-termisme et courtes vues font bon ménage

Fallait-il, faudra-t-il confiner une troisième fois ? La question n'a pas cessé d'être débattue et elle le sera encore durant ces prochains jours depuis les annonces du Premier ministre venu nous annoncer que le monarque avait in extremis repoussé cette échéance.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Au risque de se fâcher avec les médecins et les scientifiques, Emmanuel Macron nous rappelle que cette crise sanitaire est d'abord une question politique, et que ce qui pourrait sembler de bon sens scientifiquement, n'est pas fatalement l'option retenue. Parce qu'un troisième confinement imposé à une population qui n'en peut plus, dont les jeunes sont en souffrance, serait sans doute socialement inacceptable quoi qu'en disent les sondages.

Parce que les citoyens n'en peuvent plus d'être privés de liberté et de n'avoir aucun horizon ou perspectives. Parce qu'ils ne sont pas prêts à se reconfiner sans demander des comptes à un gouvernement qui, à chaque étape de cette pandémie, a échoué à les protéger. L'étape actuelle ouverte avec la vaccination n'échappe pas à la règle.

Quand on vaccine un demi-million de Britanniques en une journée, le gouvernement Macron se glorifie de quelques dizaines de milliers. Chacun peut se demander ce qu'il ferait s'il ou elle était aux affaires en pareil cas. Et du coup ressentir une minute de compassion pour la triplette Macron-Castex-Véran. Mais une minute pas plus. Car il ne suffit plus de nous dire « on fait tout ce qu'on peut » pour être dédouanés des responsabilités.

Cette pandémie est d'abord l'impasse du libéralisme économique. Un système économique et politique qui a fragilisé tous les services de santé publique, les potentiels de recherche publique comme privée comme on le voit chez Sanofi. Depuis le début, tout ce qui nous est imposé, l'est à cause de « pénurie ». Une pénurie organisée, un risque calculé. On dit que gouverner, c'est prévoir, mais que peut-on prévoir à l'horizon de la micro seconde d'un placement boursier ? Hélas, le court-termisme s'accommode parfaitement de courtes vues.

Ce gouvernement porte la responsabilité de ne pas choisir d'avoir de vraies marges de manœuvre. Sa politique néolibérale ne peut que nous conduire à être ballotés, chahutés par des impondérables, des accidents, des catastrophes. Et si c'est vrai pour la santé, ça l'est aussi pour l'environnement et le réchauffement climatique. Cette politique nous fragilise car elle nous prive du meilleur de ce que les sciences et techniques, de ce que la connaissance pourraient nous apporter.

Emmanuel Macron et ses soutiens ne sont pas du tout prêts à faire de la santé un bien public échappant aux lois du marché. Ainsi, ces vaccins sur lesquels les Big pharma spéculent aujourd'hui devraient être saisis par la puissance publique pour être mis au service des populations.

 La progression de l'épidémie, l'arrivée de trois variants plus contagieux interviennent au moment où justement l'humanité pourrait disposer de plusieurs vaccins. Mais ces vaccins sont au main du marché alors que leurs développements ont été permis grâce aux milliards d'euros ou de dollars avancés par les Nations les plus riches et ils ne bénéficient qu'à une dizaine d'États dont plusieurs européens qui concentrent 95 % des individus vaccinés.

 Guerre au virus quoi qu'il en coûte ? Vraiment ? Alors plutôt que de jouer avec les nerfs et la santé des populations, les États, l'Europe devraient mettre ces vaccins dans le domaine public. Des voix se lèvent aujourd'hui pour nous dire que nous allons devoir vivre longtemps avec ce virus qui ne va pas se contenter de faire un tour du globe et disparaître. Les vaccins restent les seules options... Et ce qu'il en coûtera n'est rien comparé à ce qui nous sera épargné.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Conjoncture
Le lien brisé entre emploi et inflation
Notre premier épisode sur les mirages du plein emploi: pourquoi l’embellie de l’emploi ne permet-elle pas une hausse des salaires réels ?
par Romaric Godin
Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal — Écologie
La sécheresse fait craquer de plus en plus de maisons
Depuis 2015, les périodes de sécheresse s’enchaînent et affectent les sols argileux. Plus de 10 millions de maisons en France sont sur des zones à risque et peuvent se fissurer. Un enjeu à plusieurs dizaines de milliards d’euros pour les assurances.
par Daphné Gastaldi (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua