ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

216 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 janv. 2022

Vœux 2022 : surtout restons négatifs

Qui aurait cru qu'en ce nouvel an 2022 il serait de bon ton d'être négatif ? C'est pourtant bien tout le mal qu'on peut se souhaiter tant la galère commence dès lors qu'on devient « à l'insu de son plein gré », cas contact ou porteur du virus, ou pire encore quand on devient symptomatique.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 C'est ainsi la troisième fois que nous passons le cap de la nouvelle année avec l'espoir d'être enfin débarrassés du Covid.

À l'heure des vœux, vendredi soir, Emmanuel Macron a versé dans un insupportable positivisme. S'il ne s'est pas aventuré comme lors des vœux précédents à croire à une sortie de la pandémie au printemps, il veut croire avec nous « que 2022 sera l’année de la sortie de l’épidémie, de ce jour sans fin ». Pas sûr que l'avenir lui donne raison vu l'état dégradé de notre système de santé, mais cette allocution, comme les deux précédentes lui a donné l'occasion de plusieurs minutes d'autosatisfaction pour évoquer son bilan. « Jamais le chômage depuis quinze ans n’avait été aussi bas », prétend-t-il pour faire oublier que les contrats courts sont de plus en plus massifs, que le chômage de longue durée n'a pas régressé.

Et tandis que dans l'Aveyron à la fonderie automobile SAM, les salariés dressaient la table de leur second réveillon d'occupation de leur usine promise à la liquidation par la trahison de Renault, Emmanuel Macron nous annonçait : « la réindustrialisation de notre pays est bien une réalité ».

Alors que la pandémie s'est révélée comme un puissant révélateur et un amplificateur des inégalités, de revenus, d'éducation, de genre, de territoires, de santé auxquels Emmanuel Macron n'a apporté aucune solution, les vœux, puisqu'il convient de s'en souhaiter à l'aube d'une année très politique, c'est que les questions sociales continuent de se faire entendre avec plus de force. Que les syndicats et le mouvement social imposent les vrais sujets de préoccupation dans le débat de la présidentielle, l'emploi, les salaires, l'environnement, l'égalité salariale, la protection sociale... Pour ne pas laisser le terrain aux démagogues fascisants qui veulent dévoyer les colères sociales en divisant les travailleuses et travailleurs. Pour que ce foutu virus ne soit pas le cache-sexe d'une politique néolibérale.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette