ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

253 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 janv. 2022

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Vœux 2022 : surtout restons négatifs

Qui aurait cru qu'en ce nouvel an 2022 il serait de bon ton d'être négatif ? C'est pourtant bien tout le mal qu'on peut se souhaiter tant la galère commence dès lors qu'on devient « à l'insu de son plein gré », cas contact ou porteur du virus, ou pire encore quand on devient symptomatique.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 C'est ainsi la troisième fois que nous passons le cap de la nouvelle année avec l'espoir d'être enfin débarrassés du Covid.

À l'heure des vœux, vendredi soir, Emmanuel Macron a versé dans un insupportable positivisme. S'il ne s'est pas aventuré comme lors des vœux précédents à croire à une sortie de la pandémie au printemps, il veut croire avec nous « que 2022 sera l’année de la sortie de l’épidémie, de ce jour sans fin ». Pas sûr que l'avenir lui donne raison vu l'état dégradé de notre système de santé, mais cette allocution, comme les deux précédentes lui a donné l'occasion de plusieurs minutes d'autosatisfaction pour évoquer son bilan. « Jamais le chômage depuis quinze ans n’avait été aussi bas », prétend-t-il pour faire oublier que les contrats courts sont de plus en plus massifs, que le chômage de longue durée n'a pas régressé.

Et tandis que dans l'Aveyron à la fonderie automobile SAM, les salariés dressaient la table de leur second réveillon d'occupation de leur usine promise à la liquidation par la trahison de Renault, Emmanuel Macron nous annonçait : « la réindustrialisation de notre pays est bien une réalité ».

Alors que la pandémie s'est révélée comme un puissant révélateur et un amplificateur des inégalités, de revenus, d'éducation, de genre, de territoires, de santé auxquels Emmanuel Macron n'a apporté aucune solution, les vœux, puisqu'il convient de s'en souhaiter à l'aube d'une année très politique, c'est que les questions sociales continuent de se faire entendre avec plus de force. Que les syndicats et le mouvement social imposent les vrais sujets de préoccupation dans le débat de la présidentielle, l'emploi, les salaires, l'environnement, l'égalité salariale, la protection sociale... Pour ne pas laisser le terrain aux démagogues fascisants qui veulent dévoyer les colères sociales en divisant les travailleuses et travailleurs. Pour que ce foutu virus ne soit pas le cache-sexe d'une politique néolibérale.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec
Journal — Élysée et gouvernement
À Dijon, Macron tente de redonner vie à sa « grande cause »
Le président de la République a profité de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes pour exposer son bilan sur le sujet. Sans lever les doutes sur la faiblesse des moyens et du portage politique de la question au sommet de l’État.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 
À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.
par Zafer Sivrikaya
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez