ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

239 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 avr. 2018

Opinion : Macron loin d'avoir partie gagnée

C'est bien la bataille de l'opinion que le chef de l'Etat et son gouvernement ont peur de perdre. Depuis des semaines ils assènent demi-vérités, vrais mensonges, chiffres pipeautés ou exagérés pour creuser entre l'opinion et les cheminots un fossé d'incompréhension et de rejet.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 En vain semble-t-il puisque le sondage Ifop publié ce dimanche par Le JDD montre un recul de l'adhésion des Français à la réforme ferroviaire et un soutien de plus en plus appuyé à la grève entamée hier soir lundi. Le 15 mars, la grève était « justifiée » selon 42 % des sondés, puis 44 % le 21 mars et désormais 46 %.


Parmi les mensonges assénés par l'exécutif et complaisamment repris par des experts autoproclamés il en est un que le Premier ministre lui-même n'a pas manqué le 26 février dernier : « La situation est alarmante, pour ne pas dire intenable. » Il fallait bien cette contre-vérité pour distiller dans l'opinion un discours à charge qui justifie de tailler dans le vif. Intenable la situation ? On souhaite à beaucoup d'entreprises d'afficher comme la SNCF en 2017 un chiffre d’affaires de 33,5 milliards d’euros (+ 4,2 %) et un bénéfice net de 679 millions, qui a triplé depuis 2016. Le chiffre d’affaires du TGV progresse de 8,7 %. Quant à l'assertion selon laquelle les Français « paient de plus en plus cher pour un service qui marche de moins en moins bien » elle est également mensongère si l'on en croit un papier de Libération qui cite une étude du site de vente de billets GoEuro reprise par le rapport Spinetta qui indique que « le tarif moyen, pour parcourir 100 km en chemin de fer, est de 7,8 euros en France, mais de 29,7 euros au Danemark, 28,6 euros en Suisse et 24 euros en Autriche. L’Allemagne se situe aussi derrière la France ».


L'exécutif et la direction de la SNCF sont bien plus inquiets qu'ils ne le laissent paraître. En témoignent les coups tordus et basses manœuvres déployés pour casser une grève qui s'annonce massive. Ainsi que 77 % des conducteurs se sont déclarés en grève, la direction aurait proposé une prime de 150 euros par mois aux « cadres opérationnels » pour les inciter à conduire des trains.

La direction de la SNCF a été prise la main dans le sac alors qu'elle tentait d'employer des cheminots d'une filiale britannique pour les faire travailler sur le site du Landy. Une manœuvre qui lui vaut d'ailleurs une plainte des représentants des cheminots au CCE.

Le même Pépy qui prétendait se dresser contre le « bashing » dont sont l'objet les cheminots n'hésite pas aujourd'hui à les pénaliser en effectuant une retenue sur salaire des grévistes, de 36 jours et même 45 jours en comptant les jours de congés alors que ces derniers ne vont effectuer que des grèves de 2 jours à raison de 18 préavis déposés sur trois mois. La direction considère qu'il s'agit d'un seul mouvement. Un cheminot sera donc considéré comme gréviste pour l'ensemble des jours du conflit social, y compris quand la grève tombe sur ses jours de repos. Une basse manœuvre qui pourrait bien se terminer au tribunal.


Toutes ces tentatives de mater la rébellion sociale témoignent que l'ADN présidentiel est bel et bien préhistorique. L'âge de ses artères ne nous préserve pas des méthodes éculées de gouvernement. Ne pouvant éviter la confrontation sociale, il va chercher d'emblée à la durcir. Ce faisant, il prend un très gros risque.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND