ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

216 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2017

Austérité bien ordonnée... commence par les fonctionnaires

C'est bien connu, les chiffres ne font pas de politique... C'est donc toujours auréolés de cette prétendue neutralité que les experts de la Cour des Comptes rendent périodiquement leurs avis, rapports et audits auxquels les médias se doivent d'emboiter le pas.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme de coutume, il ne faut pas attendre longtemps pour que le gouvernement se retranche derrière la Cour des Comptes pour justifier des mesures austéritaires. De ce point de vue le gouvernement Macron-Philippe n'échappe pas aux vieilles pratiques consistant à faire cautionner « scientifiquement » par les experts des décisions de gel des salaires des fonctionnaires, de réduction de la dépense publique.

La remise de l'audit des comptes par les magistrats de la rue Cambon a ainsi permis au chef du gouvernement de se défausser par avance de ses responsabilités sur le gouvernement précédent pour repousser certaines des promesses du candidat Macron et annoncer une nouvelle saignée post-électorale.

Le premier Ministre a vivement réagi le 29 juin à l'audit de la Cour des Comptes qui qualifie d'« insincère » le budget 2017. « Nous héritons d'un dérapage des dépenses de 8 milliards d'euros, c'est inacceptable ! » a lancé Édouard Philippe. « Tous ces artifices placent la France dans une situation de grande fragilité vis-à-vis de ses voisins européens », a-t-il ajouté, tout en déclarant qu'il était « impératif » de mettre un terme à ce genre de pratiques qui « minent la confiance des Français envers leurs élus. » La Cour se fend donc d’un certain nombre de préconisations « dont le côté tristement prévisible le dispute à l’engagement partial et subjectif » a déploré la CGT dans un communiqué.

Les experts de la rue Cambon préconisent donc rien moins qu'un nouveau gel de la valeur du point d’indice, la suppression du supplément familial de traitement, le non-remplacement des deux tiers des départs en retraite dans la fonction publique de l’État (hors secteurs décrétés prioritaires) et un sur trois dans la fonction publique hospitalière et la fonction publique territoriale. Également préconisés, la baisse du nombre de promotions et freins au déroulement de carrière ainsi que l'augmentation différenciée de la valeur du point entre les versants de la fonction publique. Une dernière mesure qui serait évidemment applicable pour peu qu'il y ait augmentation.

par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française