ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

215 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mai 2021

A qui profite la violence exercée contre les militants ?

A qui profitent les lamentables images de la fin de manifestation du 1er mai à Paris ? Voudrait-on dégoûter les citoyens d'exercer leur droit de manifester qu'on ne s'y prendrait pas autrement.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis les manifestations contre la loi travail jusqu'à aujourd'hui, on assiste à une militarisation du maintien de l'ordre et à une escalade de violence sans que jamais le gouvernement et la hiérarchie policière n'envisagent la désescalade afin de garantir le droit constitutionnel de manifester. 

Auxiliaires finalement bien pratiques d'un pouvoir autoritaire, les  casseurs servent de justification à toutes les pressions, les brimades, les contraintes et les coups portés contre les manifestations sociales. Mais on a vu samedi qu'ils ne détestent pas que la police. Place de la Nation on a relevé 21 blessés dont 4 ont été hospitalisés parmi les militantes et militants franciliens de la CGT. Les véhicules de la CGT ont été assaillis et vandalisés sous les yeux des forces de l'ordre par un groupe d’individus portant des slogans d'extrême droite et dont certains se revendiquaient gilets jaunes. Lors de la dispersion, les militant.e.s CGT ont essuyé insultes homophobes, sexistes, racistes et une pluie de coups et de projectiles alors que les voies d'issues prévues étaient bloquées par les forces de l'ordre. Mais tout au long de la manifestation depuis la République les militant.e.s chargés de la sécurité et le cortège ont aussi dû faire face à plusieurs interventions des forces de l’ordre totalement injustifiées et disproportionnées. Des scènes tout aussi inquiétantes se sont déroulées à Lyon où des hommes cagoulés munis de gants de motos et de bâtons s'en sont pris à des militant.e.s du syndicat CGT Deliveroo-Uber Eats de Lyon qui appelaient au calme afin d'éviter que les forces de l'ordre chargent le cortège, notamment parce que dans leurs rangs ils comptaient des sans papiers qui risquent gros en cas d'interpellation. « Rien à foutre de tes collègues sans papiers ! », auraient répondu les assaillants. Des faits très graves, qui confirment le ciblage de la CGT par la fachosphère pour abattre une des dernières digues à la peste brune. 

La violence des casseurs comme celle des forces de l'ordre subie par les manifestants à Paris comme en régions contraste de manière stupéfiante avec le calme et la détermination paisible et joyeuse du mouvement des occupations de lieux de culture qui dure depuis le 4 mars. Menées dignement par les précaires, les intermittents du travail, les oubliés du « quoi qu'il en coûte », ces occupations sont une dénonciation de la violence sociale que subissent ces travailleuses et travailleurs. 

« Le monde du travail ne reculera pas plus devant ce type d’agressions que face aux politiques libérales menées par le gouvernement actuel, dont les lois veulent nous priver de notre liberté » a prévenu la CGT dans un communiqué. 

C'est un piège cynique et dangereux que celui de la violence exercée contre le mouvement social. Un piège politicien abjecte où comme de juste la fille Le Pen nous prédit quatre ans de « chaos » en cas de réélection d'Emmanuel Macron et se présente en « présidente de la paix civile » après avoir apporté son soutien aux militaires prêts à rétablir l'ordre. L'autre mâchoire du piège, c'est la violence des coups portés par les réformes néolibérales d'Emmanuel Macron, la surdité du gouvernement et du patronat aux expressions revendicatives, le mépris et le dévoiement du dialogue social, la délégitimation des corps intermédiaires.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry