ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

232 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 juin 2018

La méthode Macron à l'épreuve de la réforme des retraites

Le lancement du chantier de la réforme des retraites est bien à l'image de la méthode Macron.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La consultation numérique sur internet lancée la semaine dernière par le Haut-commissaire, Jean-Paul Delevoye nous donne d'abord un premier signe, il s'agit de faire valider par ces appels à contribution des solutions sur lesquelles les libéraux ont déjà largement préparé le terrain par des offensives idéologiques destinées à faire croire que les régimes spéciaux sont une injustice insupportable, un frein à la mobilité.

Derrière la promesse du candidat Macron « un euro cotisé donnera la même retraite pour tous » se profile une redoutable machine de guerre destinée à nous faire changer de technique en passant à la retraite par points au lieu des annuités ou des trimestres selon qu'on est fonctionnaire ou salarié du régime général, tout en nous assurant que nous resterons dans un système par répartition. Dans les constats qu'il avait remis en avril dernier, le Haut-commissaire à la réforme des retraites pointait notamment une disparité des modes de calcul (public/privé, salarié/indépendant) qui « crée des inégalités », des mécanismes de redistribution qui « manquent de transparence » et des dispositifs de solidarité (maternité, veuvage) qui « ne donnent pas les mêmes droits ».

Si le gouvernement a promis que la future réforme des retraites n'aboutirait pas à un nivellement des droits « par le bas » faut-il pour autant être rassuré ? On peut légitimement se méfier des intentions du chef de l'État dont on ne voit pas pourquoi, il aurait subitement envie de conduire une réforme de progrès social. Pourquoi vouloir à tout prix provoquer cette révolution du système qui va chambouler tous les repères aussi bien pour les travailleurs que pour les retraités, alors que les comptes sont grosso modo à l'équilibre ? On peut être méfiants mais aussi exigeants et combattifs alors que s'ouvre ce grand chantier car on se souvient que l'accord sur la fusion des retraites complémentaires ARRCO et AGIRC de l'automne dernier préfigure aux yeux du Medef - qui a l'oreille du chef de l'État - ce que devra être la réforme des retraites. Cet accord met en place des mécanismes qui faute de pouvoir augmenter les recettes vont provoquer une baisse des pensions afin de maintenir un équilibre purement comptable. Cet accord a gravé dans le marbre la possibilité de faire varier la valeur du point et donc de baisser les pensions pour les retraités ou les actifs, et cela même sans en passer par une négociation. C'est bien dans ce genre de détails que le diable viendra se nicher. La gouvernance et les principes de ce système par points doit permettre au Medef de marquer un avantage décisif en lui permettant de ne pas mettre un centime de plus dans les retraites comme dans toute la protection sociale.

N'imaginons pas que le président des riches, des premiers de cordées, des grands patrons va brutalement retourner sa veste et défendre un système de retraites fondé sur la répartition et la solidarité, avec, comme le propose la CGT, des pensions égales au minimum au Smic, un taux de remplacement de 75 % par rapport au salaire de référence, un départ dès 60 ans et anticipé pour ceux qui ont subi la pénibilité au travail (1 trimestre de moins par année d’exposition). Et chiche ! Simplifions et rendons notre système plus lisible mais à condition de respecter des particularités et de tirer tout le monde vers le haut.

La consultation se veut une sorte de pré-validation des options libérales. Elle a pour objectif de contourner et affaiblir la parole des organisations syndicales. Mais le moment venu, la responsabilité de ces forces sociales sera de mobiliser les salariés, les retraités, les citoyens pour faire prévaloir des solutions de progrès qui pourraient être financées durablement. Par exemple en mettant fin aux exonérations et à l'évasion et l'optimisation fiscales, en taxant les dividendes et en augmentant les cotisations des grosses entreprises du CAC 40 qui ne cessent de servir leurs actionnaires sans contrepartie à ceux qui créent les richesses. Réfléchir à un système de retraite pour demain en le fondant sur une toute autre répartition des richesses. C'est cela l'enjeu.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik