ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

207 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 oct. 2021

Factures inflammables

« J'en ai le pouvoir » a lancé le Premier ministre Jean Castex l'autre soir lors de l'annonce d'un « bouclier tarifaire » contre l'envolée des prix de l'énergie et d'un chèque exceptionnel de 100 euros versé en décembre pour faire face à l'augmentation actuelle des prix de l'énergie.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Super Castex, s'est déguisé en super pompier pour tenter d'éteindre une grogne légitime qui monte dans l'opinion sur le pouvoir d'achat largement amputé depuis des mois par la hausse des prix du gaz et de l'électricité ainsi que des carburants. 

La hausse des tarifs réglementés de l'électricité, qui devait atteindre quelques 12 % début 2022 sera donc limitée à 4 % en 2022 grâce à une baisse de taxe. Quant à la hausse du gaz, elle ne sera gelée qu’après la hausse de 12,6 % de vendredi 1er octobre et durera jusqu'à avril 2022, lorsque "le prix du gaz devrait dégringoler" selon le gouvernement. Comme le monde est bien fait ! Cela devrait se produire au moment de la présidentielle...

Comment ne pas voir dans ces annonces un nouveau saupoudrage électoraliste ?

Cette affaire montre là encore une certaine fébrilité de l'exécutif confronté à des sujets pour le moins inflammables. Stagnation des salaires, SMIC trop bas pour assurer un revenu décent viennent se conjuguer avec des hausses des prix et en particulier des dépenses incompressibles et de plus en plus insupportables pour les ménages.

En 2019, selon les derniers chiffres connus, quelques 3,5 millions de ménages étaient en situation de précarité énergétique, c'est-à-dire qu'ils dépensaient plus de 8 % de leurs revenus pour payer leur facture, d'après l'indicateur du taux d'effort énergétique fourni par le ministère de la Transition écologique. Et selon le Médiateur de l'énergie, 671.546 ménages ont subi l'intervention d'un fournisseur (suspensions, réduction de puissance) en 2019 à la suite d'impayés (+17 % par rapport à 2018).

« Si cette mesure est à prendre, elle est loin d’être satisfaisante pour répondre aux besoins de millions d’usagers en précarité énergétique. Elle ne compensera pas non plus les hausses continues des prix de l’énergie livrée à la « libre concurrence » qui, soi-disant, devait faire baisser les prix », estime la CGT. La confédération ne se satisfait pas de cette demi-mesure et demande que la TVA de 20 % sur l'électricité soit ramenée à 5,5 %.

Mais au-delà de cette séquence, ce qui est posé c'est aussi que l'énergie est soumise à la loi du marché alors qu'elle n'est assurément pas une marchandise comme une autre et que les acteurs de l'énergie sont aujourd'hui privés et servent des intérêts juteux à leurs actionnaires.

Cette séquence de hausses insupportables de l'énergie pour les ménages mérite bien mieux que des mesures ponctuelles. Elle nous rappelle en effet que la libre concurrence n'a pas fait baisser les prix, qu'elle n'est pas non plus protectrice pour les consommateurs les plus vulnérables. « Il est temps de faire une analyse sérieuse de la privatisation et de la dérèglementation du secteur énergétique qui conduisent à une hausse massive des prix. La CGT l’avait annoncé et dénoncé de longue date ! »

L'énergie doit être inscrite comme un bien fondamental, essentiel à la vie, et « le droit à son accès comme un droit opposable », selon la CGT qui revendique de revenir à des tarifs régulés pour toutes les énergies.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné