ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

253 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2022

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Affaire McKinsey : les hommes du président

On se souvient que parmi les premiers actes d'Emmanuel Macron à son arrivée à l'Élysée, la diminution des APL et la suppression de l'ISF ont contribué à lui forger l'image indélébile de « Président des riches ».

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cinq ans plus tard, la publication du rapport de la commission d'enquête du Sénat sur le recours par l'État aux cabinets de conseil vient nous apprendre que ce sont précisément ces cabinets de conseil qui lui ont soufflé le scénario qui a conduit à la baisse de 5 euros par mois (60 euros à l'année) des aides personnelles au logement. Emmanuel Macron a donc aussi été le président des cabinets de conseil comme le pointe le rapport sénatorial.

Celui-ci révèle un « phénomène tentaculaire », au coût croissant pour les finances publiques. Il montre que le volume des contrats passés avec ces cabinets a été multiplié par presque 2,4 entre 2018 et 2021. Les dépenses liées aux prestations de conseil au sein de l’État passant de 397,1 millions d’euros en 2018, à près de 893,9 millions en 2021. Aujourd’hui, l'État délègue la rédaction de l’exposé des motifs de lois à ces consultants privés, payés 1 500 euros par jour.

Mais la macronie ne s'est pas contentée d'abandonner la souveraineté du pilotage de l'action publique, elle a aussi largement accru l’externalisation de pans entiers du service public dans les domaines cruciaux de la santé, de la protection sociale, de la sécurité.

Ainsi, selon le collectif, nos services publics qui rassemblent notamment des cadres supérieurs des trois versants de la fonction publique, le recours à l'externalisation de missions publiques au privé va au-delà de ces études et conseils. Il s'est même « accéléré́ depuis le milieu des années 1990, il prend des formes juridiques de plus en plus variées et représente aujourd’hui un total d’au moins 160 milliards, soit l’équivalent du quart du budget de l’État », dénonçait le collectif dans une note en avril 2021.

Au-delà des questions démocratiques que pose ce recours à des cabinets privés, dont les scénarios préférés sont en général suivis par les décideurs politiques, se posent aussi des questions d'efficacité économique. Et au sujet de ces multiples études commandées, la note du collectif démentait l'idée selon laquelle ces prestations intellectuelles du privé permettraient de bénéficier de regards neufs, d’expertises et compétences alternatives à celles qu’on trouve au sein de la fonction publique. Car les profils des consultants se distinguent très peu de ceux des décideurs publics qu’ils conseillent : mêmes écoles, voire parfois mêmes concours de la fonction publique. Mais plus grave est l'assèchement et la fragilisation de « tout un patrimoine immatériel des services publics, de compétences métier, de savoir-faire d’organisation, voire parfois de réflexion stratégique », pointe la note. Ce recours massif à l’externalisation « aboutit donc à un recul de la souveraineté́ et de la capacité de pilotage du service public sur ses propres missions lorsqu’il s’agit de fonctions de conception des politiques publiques ou de fonctions régaliennes comme la santé, le contrôle ou la sécurité́ ».

L'étendue de l'externalisation pointée par le rapport sénatorial arrive à point nommé à la fin d'un quinquennat totalement paradoxal pour le service public. Ces cinq ans ont révélé comme jamais le besoin de service public et en même temps la crise profonde de l'action publique. Les discours sur le dégraissage de la fonction publique ne font plus recette. Ces cinq années ont aussi fait émerger le besoin de reconnaissance des qualifications des agents publics, l'exigence d'un renforcement de leurs effectifs. Elles ont aussi vu monter parmi les fonctionnaires une exigence de sens de leurs missions comme l'ont révélé les différents baromètres de l'encadrement réalisés par la CGT des ingénieurs, cadres et techniciens. Les cadres de la fonction publique ont un terrain à reconquérir, celui du conseil, de l'aide à la décision afin de piloter le service public vers la réponse aux besoins et pas vers la privatisation. C'est une exigence démocratique.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens