ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

246 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 avr. 2021

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Pas bouger mon chéri... maman télétravaille

Il paraît qu'Emmanuel Macron aurait fait la leçon à son gouvernement afin d'éviter toute cacophonie dans le service après-vente des mesures dites de « freinage » qu'il a annoncées aux Français.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Patatras... ça n'a pas loupé, Castex s'est pris les pieds dans le tapis avec le sort des assistantes maternelles qui finalement ont obtenu de pouvoir accueillir les enfants durant les trois prochaines semaines. Preuve, si besoin, d'un certain amateurisme dans la gestion de cette crise ou du moins de décisions hors-sol. Matignon faisant comme si tout le monde pouvait télétravailler. Comme si cette organisation du travail coulait de source. Comme si pour de très nombreux.ses salarié.es et surtout pour les femmes, le télétravail tel qu'il s'est mis en place depuis un an n'avait pas déjà un goût amer. « La majorité des tâches ménagères repose sur les femmes », a rappelé la CGT de l'encadrement dans un communiqué soulignant que « depuis un an, les risques de burn out explosent chez les femmes en télétravail, notamment du fait du cumul avec les tâches domestiques dans un contexte de fort dysfonctionnement des établissements scolaires. Des centaines de milliers de femmes le paient de leur santé, mais aussi de leur carrière professionnelle ».

Avec la fermeture des établissements scolaires et des crèches du 6 au 26 avril (pour le primaire) ou 3 mai (pour le secondaire), des millions de parents vont dès ce lundi devoir s’organiser pour garder leurs enfants et leur faire l’école à la maison. Pour les télétravailleuses c'est donc le retour de la triple peine pendant au moins trois semaines. S’il ne s’agit pas d’un confinement aussi strict qu'en mars 2020, la fermeture des crèches, écoles, collèges et lycées pour trois semaines, dont deux de vacances scolaires, pour les parents qui travaillent, contraint de conjuguer télétravail et enfants à la maison.

Et comme si les injonctions jupitériennes ne suffisaient pas, il a fallu qu'un député fasse du zèle pour nous expliquer qu'il n'y a rien de plus facile. Bruno Questel, député LREM est venu sur BFMTV assurer le soir même le service après-vente de l’allocution présidentielle et l’annonce du troisième confinement. Pour lui, il est tout à fait possible de s'occuper de ses enfants, notamment lorsqu'ils sont malades, tout en travaillant : « Moi, je l'ai fait comme parent. J'ai dit à mon enfant : Ton devoir, tu regardes ça. Moi, je suis à côté de toi. Je télétravaille. Tu regardes et tu m’interroges si ça ne va pas », a-t-il assuré. Un aplomb qui a soulevé l'indignation des internautes et l'incrédulité des autres invités du plateau télé.

Dans quel monde on pose un enfant là... pas bouger maman télétravaille ? Fais un joli dessin... papa est en Zoom. Mange tes coquillettes et ton jambon... maman fait son reporting. Non ma chérie, c'est pas mamie sur Skype, c'est mon boss... Quel besoin avons-nous qu'un petit notable vienne nous expliquer qu'on peut parfaitement faire obéir un gamin pour faire son labeur ? C'est juste une question de volonté ? Dans quel monde vit ce député pour ignorer que 43 % des mères (et 26 % des pères) passent plus de 4 heures supplémentaires à s’occuper de leurs enfants par rapport à une situation normale ?

« Personne ne peut télétravailler en gardant ses enfants ! » affirme l'Ugict-CGT avec la force des témoignages innombrables recueillis ces derniers mois. La CGT de l'encadrement a donc formulé des exigences telles que « l’accès automatique aux arrêts maladie sans jour de carence pour tou.tes les salarié.es ayant des enfants de moins de 16 ans, y compris celles et ceux qui peuvent télétravailler ». Elle demande aussi « la mise en place d’allègements de charge de travail et d’aménagements horaires par les employeurs pour tous les parents. »

À noter qu’à la suite du communiqué de l’Ugict-CGT, Élisabeth Borne, la ministre du Travail a annoncé l’ouverture du chômage partiel aux parents en télétravail à raison d’un parent par foyer.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac