ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

232 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 sept. 2021

Les cadres veulent encadrer le télétravail pour ne pas le subir

La grande enquête sur le télétravail réalisée en avril 2020 par la CGT des ingénieurs cadres, techniciens et agents de maîtrise avait déjà fait grand bruit à sa publication et elle est restée une référence reconnue. Elle avait en effet révélé que ce mode d'organisation s'était imposé massivement et surtout en mode dégradé, en particulier pour les femmes.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En publiant ce lundi 6 septembre une nouvelle enquête tout aussi vaste et représentative avec par exemple 10000 verbatims recueillis, l'Ugict-CGT confirme que le vécu des télétravailleuses et télétravailleurs est « hétérogène » et que leurs aspirations sont « nuancées et variées » en dépit –  ou à cause –  des conditions dégradées qui persistent. Une chose est sûre, ce mode d'organisation du travail est une question structurante pour l’avenir du travail des cadres et professions intermédiaires. 

Il ne s'est pas véritablement étendu à l'ensemble des salarié·es tandis qu'il s'est généralisé aux catégories socioprofessionnelles qui le pratiquaient auparavant. Le télétravail est donc devenu avec cette montée en puissance un marqueur de l’encadrement au sens large. Un enjeu tel, qu'il ne peut être laissé à la seule main des directions d'entreprises et devrait au contraire être un des sujets majeurs de la négociation collective. Or, dans cette dernière période, beaucoup d'employeurs se sont surtout bornés à la seule prise en charge de l'ordinateur portable tandis que de grandes boites envisagent d'aller à marche forcée vers le flex-office afin de gratter quelques marges financières en économisant sur l'immobilier.

Du point de vue du dialogue social, beaucoup de temps a été perdu depuis la signature du premier ANI en 2005. Trop peu de négociations et d'accords signés, pas ou peu de prise en compte des questions posées par la digitalisation du travail, par la généralisation des smartphones et des outils numériques qui ont repoussé voire aboli la frontière entre vie privée et vie professionnelle. Ce déficit de négociation collective est encore aggravé par la réforme du Code du travail. Ainsi les représentants du personnel se sentent « fragilisés et marginalisés », certains n'ayant même pas le droit de communiquer par la messagerie de l'entreprise avec leurs collègues. « La dématérialisation des réunions d’instances et de négociation bouleversent en profondeur les conditions de représentation des salariés », alerte l'Ugict-CGT qui évoque un « déni démocratique ».

S'il est un acquis de cette crise sanitaire, c'est l'expérience acquise, tant par les travailleuses et travailleurs, leurs organisations syndicales que par les entreprises et le gouvernement. Le télétravail a rebattu les cartes et « il s’accompagne d’une redéfinition des priorités et d’une quête de sens sur le contenu et la finalité́ du travail », note l'Ugict-CGT qui résume d'une formule : « télétravail, je t'aime moi non plus ». C'est qu'en effet, la quasi-totalité des femmes et hommes qui ont répondu à l'enquête souhaitent continuer à télétravailler, mais pas à temps plein, car leur expérience révèle une explosion du temps de travail et une intensification.

La frontière vie professionnelle et vie personnelle a encore été repoussée au seul avantage des entreprises, ce qui repose encore et encore la question du droit à la déconnexion qui n'a pas trouvé de solution dans le dernier ANI de 2020 sur le télétravail que la CGT a refusé de signer. Quant aux manageurs, ce sont eux qui jugent le plus négativement l’impact du télétravail sur l’ensemble des items proposés par l'enquête, « et notamment sur leur capacité à suivre et à encadrer leur équipe, sur la diffusion des informations et sur l’esprit de l’équipe encadrée. Seuls 8 % des manageurs s’estiment tout à fait sûrs de pouvoir détecter une situation de mal-être ou de difficulté́ de leur équipe », note l'Ugict-CGT.

Cette enquête confirme que le télétravail va bouleverser durablement l'organisation du travail et qu'il y a urgence à mettre en place des régulations collectives. En lançant il y a un an une campagne baptisée « le télétravail oui, mais à mes conditions », l'Ugict-CGT a permis d'ouvrir le débat sur un encadrement du télétravail, d'obtenir l'ouverture de négociations et de premiers accords qui restent néanmoins loin d'empêcher que le télétravail ne se transforme en sous-statut. Il est possible d'obtenir des avancées et des droits nouveaux comme en atteste l'accord du 13 juillet dernier sur le télétravail dans la fonction publique.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse