ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

239 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 févr. 2021

Hercule, fils de Jupiter, s'attire les foudres syndicales

Voilà plusieurs mois que les journées de grève et de mobilisation se répètent à EDF. Les syndicats de l'opérateur public d'énergie remobiliseront les 10 et 11 février.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après trois journées à l'agenda de janvier, puis encore la semaine passée à l'occasion de la journée de mobilisation nationale interprofessionnelle du 4 février, les syndicats de l'opérateur public d'énergie remobiliseront les 10 et 11 février, alors que Barbara Pompili, ministre de l'Écologie, Jean-Bernard Lévy, P-DG d'EDF, et Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, seront auditionnés par les députés et sénateurs au sujet du plan « Hercule ».

 Si les syndicats -et en particulier la CGT, le premier d'entre eux, dans les industries électrique et gazière- sont vent debout contre ce plan voulu par Emmanuel Macron et négocié actuellement à Bruxelles, c'est parce qu'il engage EDF dans un processus de privatisation du service public de l'énergie, de son réseau de transport (RTE) et de l'ensemble de ses services commerciaux. Jupiter a donc chargé Hercule du sale boulot. Ce que les fédérations syndicales de l'énergie qualifient unanimement de « désintégration » conduisant à la disparition pure et simple d'EDF.

Dans la même logique à l'œuvre partout en Europe, Bruxelles impose la rupture de l'unicité des grands opérateurs pour ouvrir au marché les pans les plus profitables du service public, désengager les États de tout pilotage et des investissements nécessaires. C'est une logique identique qui a conduit à la séparation de la SNCF en activités distinctes avec les reculs que l'on connaît, notamment en termes de démaillage du réseau.

Hercule prévoit de tailler EDF en trois filiales : une publique pour les centrales nucléaires, une autre cotée en Bourse pour les énergies renouvelables et pour la distribution d'électricité et une troisième pour les barrages hydroélectriques impliquant la mise en concurrence d'EDF avec ses concurrents privés pour exploiter les concessions hydroélectriques.

Alors même que la pandémie et la crise sanitaire sont venues mettre en lumière l'absence de pilotage industriel par l'État, il est ahurissant que notre pays démantèle ses services publics, ses établissements publics industriels et commerciaux, ses grands réseaux structurants et les abandonne aux seules mains du marché et de la concurrence.

Alors que notre pays est à la traîne dans l'accomplissement de ses engagements environnementaux, il est hallucinant que la puissance publique abandonne aux seules lois de la profitabilité un opérateur essentiel pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Dans ce combat contre Hercule, la CGT n'est pas dos au mur, mais développe au contraire des propositions développées dans un « programme progressiste de l'énergie ». Elle y réaffirme ainsi que « l’électricité et le gaz sont des biens de première nécessité indispensables pour vivre dignement et sont également des éléments majeurs de lutte contre le réchauffement climatique ». Elle propose, notamment, que le service public de l'énergie inclue les notions d'efficacité et de performance énergétique dans ses missions  en apportant aux particuliers, collectivités et industriels les conseils et l'expertise. Elle propose aussi de redonner à la Nation le contrôle du secteur pour  coordonner et planifier les besoins d’une transition énergétique réussie. Une transition qui doit prendre en compte les besoins de tous, alors que l'on sait déjà que l'ouverture à la concurrence a accru la précarité énergétique et fait exploser les prix (+35 % sur l’électricité et +85 % sur le gaz).

Parce qu'elle porte des enjeux essentiels d’environnement, d'aménagement du territoire, de sécurité des installations, de justice sociale, de service public, de politique industrielle, de souveraineté énergétique, cette mobilisation de l'ensemble des fédérations du secteur et de plusieurs confédérations fait aussi écho parmi les citoyens, les élus, les consommateurs...

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon