ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

207 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 nov. 2021

Et l'hôpital vint à manquer de bras

Le ministre de la Santé rendra une visite mardi 9 novembre au salon annuel de la Fédération hospitalière de France Santexpo. On pourrait attendre du docteur qu'il porte un diagnostic et surtout un remède à l'hémorragie qui frappe l'hôpital. Il serait temps !

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis au moins deux décennies les personnels de santé, comme les forces syndicales alertent sur l'asphyxie budgétaire, l'embolisation des services d'urgence à la première grippe venue, la fermeture des établissements de proximité, l'hyper-concentration dans des plateaux techniques de taille régionale, la tarification à l'activité. Bref toutes ces pathologies qui ont amené l'Hôpital à l'os, alors qu’il y a deux ans commençait à frapper la pandémie.

Après toutes les alertes, les poussées de fièvre sociale, les femmes et les hommes de l'Hôpital sont en train de le quitter, la mort dans l'âme, épuisés de trop de travail, las de ne pas être reconnus dans leur rôle essentiel et pour leurs qualifications. Résultat, "un grand nombre d'emplois vacants" et "un pourcentage important de lits fermés" évalué à "environ 20%", a été annoncé par le Conseil scientifique dans un avis rendu au gouvernement début octobre. Tandis que la Fédération hospitalière estime que 6% des lits sont fermés faute de pouvoir être « armés », c'est-à-dire pourvus des moyens humains. L'Hôpital est malade, gravement touché par des années de restrictions. Et les 10 milliards du docteur Véran dispensés après le Ségur de la Santé n'endiguent pas la fuite des compétences et ne rattrapent pas les pertes de pouvoir d'achat subies depuis 15 ans par les fonctionnaires hospitaliers.

Les professions écartées du Ségur sont désormais elles aussi en proie à la fièvre revendicative. Les oubliés du Ségur tant dans le secteur médico-social qu'à l'Hôpital déroulent leurs cahiers revendicatifs qui portent autant sur les rémunérations que sur les statuts, diplômes et compétences : sage-femmes, infirmiers anesthésistes, manipulateurs radio, techniciens de laboratoire... Autant de professions qui ces dernières années ont déjà manifesté avant le Covid leurs exigences jamais entendues. Dès lors, comment ne pas comprendre le découragement des soignants ?

Il y a là une forme de violence sociale dont les néolibéraux qui nous gouvernent ne veulent pas prendre la mesure et s'accommodent trop facilement. Elle s'exerce essentiellement sur des femmes qualifiées puisqu’elles sont légion dans ces professions mal reconnues, mal payées, mal dotées qui subissent des conditions de travail pénibles. C'est un gâchis social et économique incommensurable. Le gouvernement dans une sorte de déni de réalité préfère n'y voir qu'une une décompensation post-Covid : après 20 mois de crise sanitaire, "les personnels de santé sont fatigués, il y a des démissions, des absences (...) qui aboutissent à des tensions et à des fermetures de certains lits", résume Jean Castex.

Et comme s'il fallait encore reporter aux calendes grecques les remèdes à cette crise majeure, le ministre de la Santé a commandé une étude « la plus exhaustive possible » sur cette hémorragie. Une étude... ça fait sérieux, ça ne mange pas de pain... et ça fait gagner quelques semaines. Mais ça ne doit pas faire oublier qu'en pleine pandémie, le gouvernement continue d'imposer des fermetures de lits qui viennent s'ajouter aux lits fermés faute de bras.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné