ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

246 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 nov. 2021

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Et l'hôpital vint à manquer de bras

Le ministre de la Santé rendra une visite mardi 9 novembre au salon annuel de la Fédération hospitalière de France Santexpo. On pourrait attendre du docteur qu'il porte un diagnostic et surtout un remède à l'hémorragie qui frappe l'hôpital. Il serait temps !

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis au moins deux décennies les personnels de santé, comme les forces syndicales alertent sur l'asphyxie budgétaire, l'embolisation des services d'urgence à la première grippe venue, la fermeture des établissements de proximité, l'hyper-concentration dans des plateaux techniques de taille régionale, la tarification à l'activité. Bref toutes ces pathologies qui ont amené l'Hôpital à l'os, alors qu’il y a deux ans commençait à frapper la pandémie.

Après toutes les alertes, les poussées de fièvre sociale, les femmes et les hommes de l'Hôpital sont en train de le quitter, la mort dans l'âme, épuisés de trop de travail, las de ne pas être reconnus dans leur rôle essentiel et pour leurs qualifications. Résultat, "un grand nombre d'emplois vacants" et "un pourcentage important de lits fermés" évalué à "environ 20%", a été annoncé par le Conseil scientifique dans un avis rendu au gouvernement début octobre. Tandis que la Fédération hospitalière estime que 6% des lits sont fermés faute de pouvoir être « armés », c'est-à-dire pourvus des moyens humains. L'Hôpital est malade, gravement touché par des années de restrictions. Et les 10 milliards du docteur Véran dispensés après le Ségur de la Santé n'endiguent pas la fuite des compétences et ne rattrapent pas les pertes de pouvoir d'achat subies depuis 15 ans par les fonctionnaires hospitaliers.

Les professions écartées du Ségur sont désormais elles aussi en proie à la fièvre revendicative. Les oubliés du Ségur tant dans le secteur médico-social qu'à l'Hôpital déroulent leurs cahiers revendicatifs qui portent autant sur les rémunérations que sur les statuts, diplômes et compétences : sage-femmes, infirmiers anesthésistes, manipulateurs radio, techniciens de laboratoire... Autant de professions qui ces dernières années ont déjà manifesté avant le Covid leurs exigences jamais entendues. Dès lors, comment ne pas comprendre le découragement des soignants ?

Il y a là une forme de violence sociale dont les néolibéraux qui nous gouvernent ne veulent pas prendre la mesure et s'accommodent trop facilement. Elle s'exerce essentiellement sur des femmes qualifiées puisqu’elles sont légion dans ces professions mal reconnues, mal payées, mal dotées qui subissent des conditions de travail pénibles. C'est un gâchis social et économique incommensurable. Le gouvernement dans une sorte de déni de réalité préfère n'y voir qu'une une décompensation post-Covid : après 20 mois de crise sanitaire, "les personnels de santé sont fatigués, il y a des démissions, des absences (...) qui aboutissent à des tensions et à des fermetures de certains lits", résume Jean Castex.

Et comme s'il fallait encore reporter aux calendes grecques les remèdes à cette crise majeure, le ministre de la Santé a commandé une étude « la plus exhaustive possible » sur cette hémorragie. Une étude... ça fait sérieux, ça ne mange pas de pain... et ça fait gagner quelques semaines. Mais ça ne doit pas faire oublier qu'en pleine pandémie, le gouvernement continue d'imposer des fermetures de lits qui viennent s'ajouter aux lits fermés faute de bras.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André