ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

216 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mars 2021

Quoi qu'il en coûte: Borne présente l'addition aux chômeurs

L'irruption jeudi 4 mars des intermittent.es au théâtre de l'Odéon et son occupation par plusieurs dizaines d'entre eux depuis plusieurs jours marque un anniversaire douloureux. Elle est aussi tout un symbole si l'on se souvient que le théâtre a été occupé en mai 68, et lors de précédentes mobilisations en 1996 et 2016.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cela fera un an dans quelques jours que notre pays est entré dans son premier confinement...
Un an déjà que les artistes, technicien.nes intermittent.es du spectacle ne peuvent plus exercer leur métier. Leur mobilisation a contraint le gouvernement à de premiers reculs en 2020, notamment en décrétant une année blanche permettant un relatif maintien de l'indemnisation.

Mais les atermoiements de l'Élysée et Matignon quant à la réouverture des lieux de spectacle et les silences quant au prolongement de l'année blanche au-delà d'août prochain pour l'indemnisation, ont fait éclater la colère des intermittent.es. D'autant que deux jours plus tôt, la ministre du Travail Élisabeth Borne annonçait la mise en œuvre de la réforme de l'assurance chômage au 1er juillet, dont l’objectif est de réaliser des économies sur le dos des plus précaires, notamment des secteurs les plus touchés par les mesures gouvernementales liées à la pandémie.

Et parce que ce gouvernement est profondément antisocial, il diffère d'un an, en septembre 2022, les mesures de « bonus-malus » de modulation des cotisations patronales. Tandis que « selon un indicateur “de retour à meilleure fortune” , montrant une baisse du chômage, deux autres mesures violentes pourraient entrer en vigueur de façon “automatique” », fustige la CGT en évoquant la hausse du seuil d’accès aux allocations (de 4 à 6 mois travaillés au cours des 24 derniers mois hors période de pandémie) et dégressivité pour les cadres (au 9e mois au lieu du 7e mois de chômage comme prévu initialement dans le projet de réforme).

Cette réforme, condamnée par toutes les organisations syndicales, a déjà été écornée par un jugement du Conseil d'État obtenu par la CGT en novembre qui a annulé la réforme du mode de calcul de l’indemnisation journalière et donc de l’allocation. Mais à l'évidence, le gouvernement veut passer en force au mépris du dialogue social, en totale déconnexion avec la réalité vécue et subie par les travailleurs.euses.

Que dans la même semaine Élisabeth Borne passe en force le 2 mars et que Roselyne Bachelot se précipite le 6 mars au soir pour rencontrer les intermittent.es occupant l'Odéon, n'est pas véritablement surprenant. Le gouvernement joue comme dans une mauvaise série B à « Good cop/Bad cop ». L'une cogne, l'autre vient distribuer de bonnes paroles.

Mais les intermittent.es ne se laissent pas bercer de mots. Ils et elles exigent des actes : « Nous avons échangé avec Roselyne Bachelot, posé nos revendications, en insistant sur le fait qu'elles portaient sur l'ensemble des travailleurs précaires et des chômeurs. Nous poursuivons l'occupation dans l'attente de réponses concrètes », assurent-ils. Ainsi donc les intermittent.es ne s'isolent pas du reste des travailleurs.euses privé.es d'emploi ou menacé.es de chômage.

Parce qu'ils et elles défendent notre modèle culturel et notre protection sociale solidaire, leur combat est le nôtre.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose