ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

233 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 avr. 2018

Cadres cheminots : ni soumission, ni compromission... résistance

Si l'opinion est un enjeu décisif dans la bataille en cours à la SNCF, on a peut-être un peu vite oublié que l'encadrement cheminot est lui aussi au centre des manœuvres et des coups bas de la direction. Littéralement pris entre rail et roue (à défaut de marteau et enclume), Guillaume Pépy entend se servir d'eux pour mater les grévistes et briser leur mouvement.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 
On sait qu'avant même la première salve de grève, la direction de l'entreprise proposait une prime de 150 euros à des cadres pour prendre les commandes de trains à la place des grévistes. Trahir ses intérêts objectifs de salariés, se couper de ses équipes en faisant le travail des cheminots grévistes pour un plat de lentilles ? Mettre un mouchoir sur ses revendications, ses préoccupations éthiques, ses conditions de travail, sur le mal travail, le temps d'une grève ? C'est à cela que Guillaume Pépy et la direction de l'entreprise exhortent les cadres.

Mais comme ça ne semble pas suffisamment bien prendre, alors dénonce la CGT Cheminots, « la DRH de la SNCF demande aux Directeurs d’établissement d’appliquer des mesures illégales afin de démobiliser les cheminots », mais de nombreux responsables refusent ces injonctions contraires à leur éthique. (…) De nombreux cadres, même s’ils ne s’inscrivent pas (encore) dans le mouvement social engagé, refusent de quitter leur poste de travail pour aller remplacer les grévistes ! « A-t-on le droit de m’envoyer en gare ? » demandent-ils, écrit la CGT Cheminots sur le site qu'elle a mis en ligne pour informer usagers et cheminots.


Ne reculant devant aucune démagogie, Guillaume Pépy exhorte même les cadres à enfiler les gilets rouges pour rejoindre en gare les cheminots non-grévistes qui « ont besoin d’être soutenus ». Un « beau geste » qui aux yeux du patron de la SNCF est plein de sens : « ce sont de belles histoires que ces rencontres entre les agents et des cadres de direction, et les gens du terrain sont contents ! » Ben voyons ! Oublié le management technocratique, foin des choix uniquement financiers... les dirigeant de l'entreprise sont à la peine, mis en difficulté par l’exaspération des agents, et ils en appellent à une « solidarité » perverse.

Dans une adresse aux cheminots en novembre dernier l'organisation syndicale spécifique de la CGT Cheminots (UFCM-CGT) affirmait : « les orientations prises par les premiers dirigeants de l’entreprise sont des décisions politiques de dérégulation et d’affaiblissement de la démocratie au nom d’une rigueur imposée par la finance. »

L'UFCM-CGT Cheminots appelait alors « les agents de maîtrise et cadres à se rapprocher et interpeller les organisations syndicales pour créer la convergence et l’unité du monde cheminot ». Ces convergences, cette unité, elles sont à l'œuvre aujourd'hui dans le mouvement en cours. Ce conflit pour préserver et développer le service public a besoin des cadres, agents de maîtrise cheminots.

Etre pleinement citoyen, pleinement cadre, pleinement cheminot aujourd'hui c'est refuser le plat de lentilles de Pépy, c'est résister, c'est proposer, c'est revendiquer...

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire