ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

216 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2022

Quand le monarque excommunie

Il assume vouloir « emmerder » les non-vaccinés... Et comment ne le ferait-il pas ? Emmanuel Macron en campagne, est égal à lui-même. Chacune de ses saillies, de ses sorties, de ses insultes est ensuite revendiquée et assumée. Il assume et revendique son franc-parler.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette énième provocation aura occupé toute la semaine dernière et son écho dévastateur pour le débat public va se poursuivre. Au-delà de l'indignité qu'il y a d'entendre un chef de l'État insulter des citoyens, leur dénier ce statut, les propos d'Emmanuel Macron ne sont pas des bévues. D'abord s'ils ont bien été prononcés à l'oral, ils ont été assumés et non amendés dans la retranscription de l'interview dans Le Parisien. Ensuite la recherche de bouc émissaire est une vieille et peu honorable ficelle politique. Mais plus grave... elle dit beaucoup de la société que Macron veut construire.

Chacun y serait responsable de son sort, de sa condition. La solidarité n'y serait pas acquise... elle se mériterait. Du « chacun selon ses besoins », on glisse vers le chacun selon ses moyens, selon ses mérites, selon son comportement.

On peut ne pas être d'accord avec les gens rétifs à la vaccination, mais ça n'en fait pas des sous-citoyens. Derrière cette excommunication nationale, le monarque nous dit qu'il y a des gens indignes de recevoir les bienfaits de la communauté.

Serait-il exagéré d'extrapoler son propos, de tirer la pelote ? Après tout, pourquoi soigner les fumeurs ? Pourquoi réparer les corps des accidentés s'ils ont dépassé la limite de vitesse ? Ce serait inconcevable ? Pas du tout. Ça fait des années que la droite nous fait le coup des allocations familiales qu'il faudrait supprimer aux familles de jeunes délinquants.

Le plus grave c'est que ses discours infusent. Ainsi, quand Macron invite un jeune chômeur à traverser la rue pour trouver du boulot, certes il déclenche l'ire et la colère et sature l'espace médiatique durant des jours, mais il fait aussi et surtout reculer l'esprit de la solidarité.

C'est ce que nous a révélé un sondage commandé par l'Unedic paru en décembre. Il nous révèle que si « pour 94 % des Français, tout le monde peut connaître une période de chômage au cours de sa carrière », une majorité « estiment que les demandeurs d’emploi ont des difficultés à trouver du travail car ils ne font pas de concession dans leur recherche d'emploi (59 %, +3) et qu’ils ne travaillent pas car ils risqueraient de perdre leur allocation chômage (55 %, +3). Et 48 % (+3) des Français affirment que la plupart des chômeurs ne cherchent pas vraiment à retrouver un emploi. »

Certes Macron n'est pas le seul responsable de ce recul de la solidarité et de la bienveillance à l'égard des privés d'emploi, mais son discours lui a permis d’asseoir et justifier la réforme de l'Assurance chômage. Quand les poncifs de café du commerce sont alimentés, légitimés, amplifiés par le discours politique, c'est en général l'extrême droite qui fait son miel. Le Kennedy à la française comme on nous le présentait il y a cinq ans, est en réalité un réactionnaire confit dans des préjugés de classe. 

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra