ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

215 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2021

Climat, environnement : un terrain syndical

Les quelque 150 marches pour le climat, à l'appel, notamment du collectif « Plus jamais ça » ; ont réuni ce dimanche 9 mai des dizaines de milliers de citoyen.nnes partout en France.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À Paris, les manifestant.es ont conspué la politique et le bilan désastreux d'Emmanuel Macron en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Un bilan déjà sanctionné dans le procès de l’« Affaire du siècle » par la condamnation du gouvernement pour son inaction climatique.

 L'ampleur attendue de la mobilisation a obligé le chef de l'État à démentir, sans pour autant convaincre, l'enterrement de sa promesse faite devant les membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) d'envoyer aux parlementaires leur proposition permettant d'inscrire la lutte contre le dérèglement climatique dans la Constitution.

 Une reculade devant les intérêts à courte vue des multinationales et des lobbies industriels qui symbolise le manque d'ambition et de moyens de la loi « Climat et résilience », adoptée le 4 mai à l'Assemblée.

 Ce texte était pourtant censé traduire une partie des 149 propositions de la CCC, convoquée par le chef de l'État, avec pour feuille de route de proposer des mesures propres à réduire les émissions françaises de gaz à effet de serre de 4 % « dans un esprit de justice sociale ». Mesures que le président s'était à plusieurs reprises engagé à transmettre « sans filtre ». L'indigence de ce texte avait déjà été dénoncée par des milliers de manifestant.es le 28 mars dernier.

 Cette mobilisation pour le climat va bien au-delà de la dénonciation de l'inaction du gouvernement car elle porte les exigences d'une transition sociale et écologique juste.

 Elle postule qu'emploi et environnement sont un même combat. L'idée que la transition écologique serait destructrice d'emplois est de plus en plus contestée. Le primat donné à l'économique contre l'écologie et l'environnement est lui aussi de plus en plus remis en question. « On ne pourra préserver l’environnement sans justice sociale, il n’y aura pas d’emplois sur une planète morte. La crise sanitaire mondiale manifeste brutalement les limites d’un système capitaliste et productiviste qui détruit à la fois les équilibres sociaux et environnementaux en prétendant justement refuser toute limite » affirme la coalition d'organisations, de syndicats (dont la CGT), d'ONG et d'associations qui veulent mener ensemble des combats contre la fin du monde et la fin du mois.

 Il y a urgence à rompre avec un modèle économique fondé sur l'austérité et la rentabilité financière pour en construire un autre à partir du respect de la nature et de l'humain.

 Ces dimensions sont devenues un enjeu central pour l'encadrement. « Nous avons des leviers concrets pour agir et présenter des solutions concrètes, en rupture avec le « greenwashing » pratiqué par les multinationales : travailler à relocaliser la production, mettre en place une économie circulaire et maîtriser notre consommation d'énergie », suggérait en avril Sophie Binet, cosecrétaire générale de l'Ugict-CGT, dans la Nouvelle Vie Ouvrière. « Intégrer ces enjeux au quotidien dans nos entreprises nécessite d'obtenir de nouveaux droits. Ainsi, la responsabilité professionnelle doit être réhabilitée et adossée à l'intérêt général, par des droits de refus, d'alerte et de propositions alternatives. »

 La CGT de l'encadrement entend peser sur ces questions environnementales et elle en a fait l'une des trois grandes thématiques de son congrès, prévu en novembre prochain, et a publié un Manifeste pour la responsabilité environnementale afin de proposer et mettre en débat des transformations concrètes.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon