ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

233 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juin 2018

Une note confidentielle ne fait pas un printemps

Y aurait-il parmi les « marcheurs » de LREM quelques états d'âme après un an d'une furia réformatrice ? Apparemment la réponse est oui. La note adressée au chef de l'État par trois économistes très proches du chef de l'État, Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry, semble en effet révéler quelques cas de conscience.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Ces trois hommes, qui ont contribué au programme économique et social du candidat Macron, dressent un bilan peu flatteur d'un an de gouvernance jupitérienne déplorant en particulier « l'image d'un pouvoir indifférent à la question sociale ». Indifférent ? C'est peut-être injuste... car ce gouvernement travaille au contraire les questions sociales au quotidien... mais c'est pour mieux détricoter, raboter, stériliser ce qui reste de notre « modèle social ».


La note révélée par Le Monde en plein débat sur les aides sociales a eu au moins le mérite de provoquer quelques recadrages et mises au point sur les intentions du gouvernement qui se défend désormais de vouloir clarifier, rendre plus lisible ces aides plutôt que d'y appliquer un vigoureux coup de rabot. Les trois économistes suggèrent donc de ne pas « réduire la prime d'activité », qui « permet à la fois de réduire la pauvreté des travailleurs modestes et d'inciter au retour au travail à un moment où les difficultés de recrutement apparaissent ». Toujours en matière d'emploi, ils proposent la mise en place d'un « bonus-malus » sur les contrats courts et de « réduire la durée d'indemnisation lorsque le chômage baisse, éventuellement avec modulation par secteur/qualification/localisation ». Ils proposent également de taxer plus sévèrement les grosses successions et repousser la suppression de la taxe d'habitation des 20 % de foyers français les plus aisés.

Cette note vient confirmer que Jupiter passe bien pour le « président des riches » voire des « très riches » comme l'a ironiquement affirmé son prédécesseur. Cette image ne lui colle pas à la peau en raison du prix de ses costumes et de ses mocassins, mais bel et bien à cause de la nature de son action et à son bilan provisoire.

Les rédacteurs de la note jugent les ministres « politiques » trop étiquetés à droite et que le message social peine à trouver une voix forte à l’intérieur du gouvernement. On pourrait aussi ajouter qu'il y manque une voix forte pour porter les questions écologiques et environnementales, mais qu'en revanche, il n'y manque pas une oreille pour porter la voix des lobbys.


Il y a fort à parier que les communicants de l'Elysée sont en train de phosphorer pour que le social soit au moins murmuré par ce gouvernement qui souffle le chaud et surtout le froid en matière sociale au grand dam des Français qui par exemple ne sont que 40 % à estimer qu'il y a trop d'aides sociales. Cette note « confidentielle » dont on nous dit qu'elle a été commandée par l'Elysée et « lue avec attention » par le chef de l'Etat ne l'engage en rien. Elle n'est donc pas comme l'hirondelle annonciatrice d'un printemps pour le social.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli