ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

216 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2021

École à la maison : un goût de déjà vu

On se souvient de la grande passion affichée par Emmanuel Macron pour Georges Clémenceau, dont il a cru bon d'annexer l'image à l'occasion des célébrations du centenaire de la fin du premier conflit mondial en 2018.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration : @magnetme via unsplash.com

À défaut de s'afficher en « Père la victoire » dans la guerre au virus nanométrique, le chef de l'État n'hésite pas à s'inspirer du Tigre qui disait : « Quand les événements nous dépassent, feignons d'en être les organisateurs. »

 C'est ainsi que mardi 6 avril dernier vers 16 heures, Emmanuel Macron s'est incrusté dans un cours d'histoire-géographie de classe virtuelle avec des élèves de troisième d'un collège des Alpes-de-Haute-Provence. De quoi faire les choux gras des JT le soir même et feindre en effet d'avoir la maîtrise des choses et d'être le grand ordonnateur de l'école à la maison. Faire oublier à quel point cette première journée de télétravail et de classe à la maison avait pu être un nouveau cauchemar pour des milliers de parents.

 Cette première journée d'enseignement à distance pour les écoles, collèges et lycées a été marquée par des couacs et des plantages qui nous ont replongés un an en arrière. De nombreux professeurs et leurs élèves n'ont pu assister au cours comme initialement prévu, à cause d'une série de problèmes informatiques. Les différentes plateformes des espaces numériques de travail (ENT) sont restées inaccessibles pendant plusieurs heures. Et les réseaux sociaux ont été la caisse de résonance de l'incrédulité et de la colère des parents comme des enseignants. « Un an après, ça recommence ! Premier jour de continuité pédagogique et l'ENT est inaccessible ! Combien d'élèves et de familles ont le sentiment de revivre la même impréparation, encore et encore ? », a protesté la Fédération des conseils de parents d'élèves de Paris. Tandis qu'à l'heure de faire classe de nombreux profs constataient le plantage des systèmes.

 Et puisque nous sommes en guerre, et qu'il faut bien un ennemi, Jean-Michel Blanquer a accusé des « cyberattaques venues de l'étranger ». Bien vite contredites par Mediapart, qui évoque une « fable ». Selon ses sources au sein du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), en charge de la surveillance des cybermenaces, « aucune attaque » venue de l'étranger » envers le site du CNED n'a été identifiée.

 Il semble en revanche que dans cette lamentable affaire, les prestataires sous-traitants de l'Éducation nationale aient été débordés. Le principal d'entre eux avançant comme excuse sur France Info « une très forte saturation de nos plateformes liée à un nombre très important de connexions sur une plage horaire très concentrée ». On venait donc de découvrir que des millions d'élèves et leurs enseignants se mettent en général au boulot dès le matin. Un ministre qui raconte des cracs pour masquer un grand couac, un chef de l'État qui fait comme si tout roule... ça pourrait prêter à sourire si ce n'était pathétique tant l'accident était prévisible.

 Ainsi, le 1er avril la CGT Éduc'Action alertait sans équivoque : « Il y a désormais urgence à aider les équipes dans la mise en place de cette nouvelle phase d’enseignement à distance car rien n’a été fait depuis un an pour l’anticiper. La fracture numérique subie par les élèves (issu.es particulièrement de milieu modeste) n’a été ni abordée, ni résolue. » Et l'organisation syndicale s'inquiétait de ce que « rien n’est prévu pour s’attaquer aux conséquences néfastes du décrochage que beaucoup d’élèves vont affronter à nouveau. Cette inaction ministérielle assumée va une fois de plus fragiliser les élèves déjà précarisé.es et c’est inacceptable ».

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles