ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

233 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 sept. 2021

Chômage, retraite : arrêtons la casse

C'est un jeu malsain auquel se livre le gouvernement en soufflant le chaud ou le froid sur la remise en route de la réforme des retraites.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce week-end, à l'occasion de la Fête de l'Humanité, le porte-parole du gouvernement interrogé lors d'un débat l'opposant au secrétaire général de la CGT a affirmé que "certaines parties du projet" de réforme des retraites pourraient être mises en œuvre d'ici la fin du quinquennat, sous certaines "conditions". Quelques jours plus tôt Emmanuel Macron avait quant à lui acté que le projet, vu le temps restant d'ici la fin du quinquennat, ne pourrait pas être repris en l'état de 2019. La réforme des retraites, "on fera ça quand on tombera les masques" car "là on a d'autres priorités", a dit le chef de l'État lors d'un déplacement dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le mercredi précédent Jean Castex avait pour sa part évoqué "l'impérieux devoir de favoriser au maximum l'unité du pays", dans une allusion à l'opposition des syndicats et à la réticence de la majorité. Ces petites phrases en général abondamment reprises et commentées montrent que le gouvernement n'a plus les mains libres sur ce dossier. La mobilisation a empêché Macron de mettre en place sa réforme des retraites qui aurait fait chuter les pensions, en particulier celles des cadres.

Mais Jupiter n'a pas dit son dernier mot et persiste à entretenir le flou pour caresser dans le sens du poil l'électorat de droite. Ces atermoiements plus ou moins feints ne peuvent en revanche faire oublier la détermination du gouvernement et du patronat de faire appliquer au plus vite, c'est-à-dire au 1er octobre, la réforme de l'assurance chômage. Avec un argument très éclairant avancé par le numéro 2 du Medef, Patrick Martin, pour qui la réforme de l'assurance chômage "devrait faire revenir vers l'emploi un certain nombre de salariés et à partir de là réduire le déficit de l'assurance chômage". Un argument indécent qui n'a pas le lustre du neuf, tant le cliché du chômeur assisté et feignant est aussi vieux que l'assurance chômage elle-même. Il ne s’agit de rien de moins que forcer les travailleuses et travailleurs privés d'emploi à accepter n'importe quoi, à n'importe quelles conditions. Y compris pour les plus qualifiés de brader leurs compétences en acceptant par exemple des salaires de débutants.

C'est entre autres contre ces deux réformes qui mettent en pièces la protection sociale, mais aussi pour les salaires, l'emploi, le service public que la CGT (et son union générale des ingénieurs cadres et techniciens), FO, FSU, Solidaires appellent les travailleuses et travailleurs de toutes catégories à la mobilisation sur leur lieu de travail et à rejoindre les actions menées sur tout le territoire le 5 octobre prochain : https://ugictcgt.fr/5-octobre-2021/

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire