ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

232 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mai 2018

SNCF: sept jours pour voter et agir

Il faut voir et entendre avec quels airs entendus les éternels spécialistes autoproclamés de l'actualité sociale dissertent depuis le 9 mai dernier après que les syndicats de la SNCF aient décidé de faire se prononcer les cheminots « pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement ».

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette « vot'action » à l'initiative de la CGT bouscule, interpelle les commentateurs et n'a pas manqué d'être immédiatement balayée du revers de la main par le gouvernement qui lui dénie toute légitimité. Macron n'aime en vérité les référendums dans les entreprises que lorsqu'il s'agira d'y faire cautionner des dispositions moins avantageuses que les conventions collectives. Il aurait pu applaudir celui initié par le président d'Air France si comme les spécialistes le prédisaient la consultation avait révélé une fracture entre les pilotes et les autres catégories, entre grévistes et non-grévistes.

Mais il en fut autrement... et il n'y a pas que Janaillac qui ait perdu sa chemise dans ce pari stupide, car il a entrainé dans son obstination les syndicats minoritaires signataires de l'accord salarial combattu par les grévistes et tous les autres syndicats. Evidemment parmi les stupidités entendues et lues ces derniers jours, certains n'ont pas manqué de rapprocher le référendum Air France et la « vot'action » des syndicats cheminots en prêtant à ces derniers une volonté de surfer sur l'échec de la direction de la compagnie aérienne. Comme si un référendum d'initiative patronale destiné à river le clou des syndicats pouvait se comparer à une votation destinée à donner la parole à tout un chacun.


Il n'empêche, c'est bien une nouvelle page de la mobilisation cheminote qui va se jouer cette semaine et elle atteint son premier objectif : ne pas laisser le gouvernement et guillaume Pépy seuls maîtres de l'agenda.

Cette consultation d'initiative syndicale se veut « une réponse à l'argument qui consisterait à dire que 80 % des agents seraient favorables à cette réforme », a indiqué Laurent Brun, le secrétaire général de la CGT cheminots. Elle a aussi pour fonction de poursuivre la mobilisation des équipes militantes pour aller rencontrer chaque cheminot. Elle offre à tous les salariés de la compagnie la possibilité de donner leur opinion alors que le texte de la réforme a été adopté à l'Assemblée et qu'il passera bientôt au Sénat. Elle leur permet, quel que soit leur degré d'engagement dans le conflit de se prononcer.

Personne n'ignore qu'une telle grève, pèse lourd dans le budget de chacun en dépit du calendrier imaginé par les syndicats pour minimiser l'impact sur la fiche de paie. Il ne saurait donc être question de laisser croire que la profession cheminote se serait convertie par le miracle des consultations gouvernementales aux bienfaits d'une réforme libérale dévastatrice pour l'entreprise. Près de deux tiers des cheminots (tous collèges, tous services) s’inscrivent ou se sont inscrits dans le mouvement de grève.


On a pu mesurer que l'opposition à la réforme est très large dans l'entreprise et il est clair qu'elle n'est pas ou plus -en tous cas pas assez- traduite par les pourcentages de grévistes brandis par la direction.


On a vu par exemple une association de cadres supérieurs de la SNCF écrire à la ministre des Transports le 4 avril dernier pour dénoncer « le choix de livrer à la vindicte populaire les cheminots et à les mettre en cause en laissant entendre notamment qu'il y aurait un lien entre les récents dysfonctionnements de la SNCF et les cheminots (statut, organisation du travail, etc.). (…) Les cheminots, comme tous les travailleurs de ce pays n'ont aucune raison de mériter cette mise au pilori ».


Le mépris éditorial et la morgue technocratique affichés vis-à-vis de la démarche unitaire des quatre syndicats CGT, UNSA, Sud, CFDT témoignent de la fébrilité de l'exécutif qui a besoin d'une victoire contre les cheminots -et aussi contre la CGT- pour engager sans embûches la réforme des retraites en 2019. A n'en pas douter, la direction de la SNCF ne va pas faciliter la tâche des syndicats durant ces prochains jours car l'enjeu de la participation sera déterminant.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement