ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

254 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 nov. 2022

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Nord-Sud : solidarité ou bras d'honneur ?

Trois événements sont venus se percuter ces derniers jours que l'on pourrait penser sans rapport entre eux. Or ils sont totalement imbriqués.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a eu d'abord l'épilogue de l'errance de l'Ocean Viking, le navire humanitaire affrété par SOS Méditerranée pour porter secours aux migrants en perdition. Après le refus de Meloni de laisser débarquer les 234 migrants (dont 44 enfants isolés) de son bord, le navire a pu enfin accoster en France.

Cette séquence a de nouveau mis en lumière à la fois la lâcheté cynique du gouvernement français, l'ignominie de l'extrême-droite des deux côtés des Alpes, l’instrumentalisation politique de cette crise et les défaillances des États membres de l’Union Européenne.

 "L'Italie ne tient pas l'engagement fondamental dans le mécanisme de solidarité européenne, nous ne tiendrons pas la contrepartie qui était prévue, c’est-à-dire d'accueillir 3000 migrants actuellement sur le territoire italien", a annoncé le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran ce dimanche. Quand les damnés de la Terre sont au cœur d'un odieux chantage, la devise de fraternité prend du plomb dans l'aile.

Débarqués à Toulon, les 234 migrants secourus ne sont pas encore au bout de leur chemin de croix, car le gouvernement entend trier les demandeurs d'asile et procéder promptement à la reconduite dans leurs pays d'origine de celles et ceux qui seront jugés irrecevables.

« Il est temps que soit mis en place un véritable mécanisme opérationnel et pérenne de répartition des exilés secourus en Méditerranée centrale. L’instrumentalisation politique de cette crise est indigne des démocraties européennes », a lancé Sophie Beau, Co-fondatrice de SOS-Méditerranée lors d'une conférence de presse à Toulon.

« La France a su accueillir dignement les réfugiés venus d’Ukraine », a rappelé Olivier Masini, secrétaire général de l’UD CGT du Var. « Nous sommes ici pour affirmer les valeurs humanistes de notre syndicat et pour demander que les réfugiés débarqués aujourd’hui puissent bénéficier d’un traitement similaire.  »

Au-delà des polémiques, des marchandages diplomatiques, c'est la question de la solidarité entre le nord et le sud qui est posée. Car toute l'humanité est embarquée sur le même navire. Et pour beaucoup des 8 milliards de Terriens que nous sommes depuis ce dimanche - c'est le deuxième événement de ces derniers jours - la vie est devenue insupportable. Le flot des victimes des guerres, comme du réchauffement climatique n'est pas prêt de se tarir. Il y a dès lors un cynisme intolérable à vouloir trier qui on sauve, qui on accueille et qui on laisse se noyer en mer, à n'accueillir que ceux qui pourraient occuper des emplois en tension comme le propose Darmanin.

La solidarité entre pauvres et riches, entre nord et sud, il en est aussi question à la COP 27 qui se poursuit en Egypte cette semaine - et on en arrive au troisième événement de ces derniers jours. On doit y débattre des compensations et des aides aux pays pauvres, petits pollueurs mais premières victimes, que nombre de ces migrants fuient au risque de leur vie.

Et là encore, le cynisme des pays riches est insupportable. Premiers émetteurs de gaz à effet de serre, les pays les plus riches mégotent les aides financières et les dédommagements promis lors de la précédente COP à Glasgow. Ces aides qui devraient par exemple servir à aider l'Afrique, qui court vers l'horizon de 2,5 milliards d'habitants, à se développer dans une trajectoire bas carbone. Au lieu de cela, TotalEnergies s’apprête à commencer des travaux de forage dans l’un des plus beaux parcs naturels d’Ouganda pour alimenter en pétrole brut le plus long pipeline chauffé au monde. Un tuyau de 1 440 kilomètres qui menace l’accès à l’eau et la sécurité alimentaire de plus de quarante millions de personnes. « Si nous n’arrivons pas à arrêter ce projet, ce sont jusqu’à 34 millions de tonnes de CO2 qui seraient émises chaque année durant vingt-cinq ou trente ans et précipiteraient le bouleversement climatique et son cortège de catastrophes meurtrières », a dénoncé un collectif dans une tribune au Monde.

Face au réchauffement et à ses conséquences humanitaires, nos pays, nos industriels, nos gouvernements ont une responsabilité immense à assumer. Une responsabilité et aussi une culpabilité à l'égard des plus faibles.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Recommander (9)

Partager sur Facebook

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon