ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

239 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 juin 2020

Macron parle... mais répond à coté

Il n'y a rien dans l'allocution d'Emmanuel Macron ce dimanche 14 juin qui pourrait faire baisser la contestation sociale parce qu'il n'a répondu en rien aux questions brûlantes soulevées ces derniers jours, ces derniers mois.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rien sauf de l'autosatisfaction quant à la gestion de la crise sanitaire. Rien sauf un appel à « travailler plus » pour redresser le pays. Aux dizaines de milliers de personnes qui manifestent contre les actes racistes commis par des membres des forces de l'ordre, mais aussi contre la répression des mouvements sociaux, il répond par un soutien appuyé aux policiers et il accuse ceux qui manifestent de mettre en cause l'ordre républicain et de vouloir réécrire l'histoire, de prôner le communautarisme. D'autres dans son camp accusent les manifestants antiracistes de vouloir exploiter le meurtre de Georges Floyd à des fins de politique intérieure.

Ce que redoute le chef de l'Etat, ce n'est ni le déboulonnage de statues, ni une supposée réécriture de l'histoire, mais la convergence entre par exemple le comité qui lutte depuis 4 ans afin d'obtenir justice pour Adama Traoré et d'autres forces du mouvement social qui se battent pour l'égalité sociale, contre le racisme. Sa petite musique sur la mise en cause de l'ordre républicain n'est évidemment pas sans rappeler les cris d'orfraie et les glapissements médiatiques contre les Gilets jaunes accusés dès les premières heures du mouvement de vouloir renverser la République en s'en prenant aux institutions. Mais il y a peu de chance que cela suffise à inverser le cours des choses. Le dénigrement de la contestation sociale précède et accompagne sa répression et pour cela, Emmanuel Macron a besoin de calmer le jeu avec les forces de l'ordre et c'était bien la raison de son soutien appuyé à leur égard.

La vacuité du discours présidentiel de ce dimanche se mesure aussi à l'absence de référence à son engagement d'un grand plan de remise à niveau de l'hôpital et des carrières des soignants. Emmanuel Macron a renvoyé les réponses au Ségur de la santé qui selon un communiqué de presse unitaire  CGT, FIDL, FSU, Solidaires, UNEF, UNL « montre ses limites et ressemble à une nouvelle imposture débouchant sur des mesures confortant la politique libérale qui prévaut depuis des années. »

Avec ce Ségur, Emmanuel Macron nous refait le coup du grand débat national, mais la comparaison s'arrête là. Les soignants ont été applaudis chaque soir depuis trois mois par une population à la fois reconnaissante et exigeante. Le mouvement des soignants, qui durait depuis des mois avant la pandémie, a été méprisé, matraqué aussi jusqu'à ce que l'exécutif n'ait plus d'autre choix que de convoquer cette mascarade de dialogue. Ce 16 juin et alors que des dizaines de mobilisations ont déjà eu lieu depuis le déconfinement, les soignants vont braver l'interdiction qui leur est faite partout par les préfets de manifester.

Les organisations CGT, FIDL, FSU, Solidaires, UNEF, UNL appellent les organisations syndicales et de jeunesse à apporter leur soutien aux soignants et invitent le plus grand nombre à participer aux nombreuses mobilisations déjà programmées le 16 juin. Parce qu'il est temps affirment ces syndicats et organisations de « considérer prioritaire la réponse aux besoins de la population et d’engager, au sortir de cette crise sanitaire, un plan de programmation et de reconstruction de tout le système de soins comme de l'ensemble des services publics au service de l'intérêt général ».

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente-deux morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et un chef du groupe armé palestinien Djihad islamique palestinien, ont annoncé les autorités sanitaires locales. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive » contre le Djihad islamique palestinien.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre