ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

209 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2021

Vous reprendrez bien une troisième dose ?

Que fallait-il entendre du discours présidentiel du 9 novembre ? Une nouvelle exhortation à se faire vacciner ? Ou bien le discours de campagne d'un candidat qui ne veut toujours pas se déclarer ?

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les plus malicieux ont fait observer que la dernière fois qu'Emmanuel Macron a été interrogé c'était par McFly et Carlito dans un concours d'anecdotes sur Youtube depuis les salons de l'Elysée. Et que du coup, il s'est encore offert 27 minutes d'un tunnel d'autosatisfaction hors sol sans être interrompu par les questions qui fâchent,  dans la même veine que son discours programmatique du 12 juillet dernier.

Attendu sur ses annonces sanitaires, alors que l'on nous prédit une cinquième vague et des mesures drastiques chez nos voisins, l'essentiel de son discours se résume à un satisfecit. Le voilà qui s'attribue le taux de croissance à plus de 6 % et le taux de chômage le plus bas depuis quinze ans. Mais sans contradicteur, ni journaliste pour lui faire remarquer qu'il s'agit seulement d'un rebond économique attendu du fait de la reprise des activités mises en sommeil et largement financé par l'argent public déversé avec le « quoi qu'il en coûte ». Quant à l'embellie sur le front du chômage, le diable est encore dans les détails, car ce sont encore et toujours les contrats courts, les petits boulots qui font florès.  Dès lors que lui et ses ministres saturent les ondes de ce panégyrique de la Macronie, il n'y a plus de mystère : Emmanuel Macron veut poursuivre en donnant chaque jour d'avantage de gages aux électeurs d'une droite atomisée, déboussolée, travaillée par la zemmouritude, une forme contagieuse de gangrène de la pensée.

Et là, le programme est on ne peut plus clair : réforme de l’assurance-chômage, réforme des retraites, défiscalisation des heures supplémentaires. Si Emmanuel Macron a mis au centre de son action le mot « travail » répété une bonne quinzaine de fois, c'est notamment pour confirmer et justifier un nouveau tour de vis sur l’assurance-chômage. Faute d'emploi, c'est la chasse aux chômeurs qui est ouverte. Quant aux salaires, rien, pas un mot, pas une annonce. Rien non plus sur les pensions de retraite pour lesquelles les retraités seront à nouveau mobilisés le 2 décembre dans l'unité. « Rien non plus en matière de politique volontariste de création et pérennisation d’emplois et d’amélioration des conditions de travail alors que chaque jour des salariés luttent et proposent des projets industriels concrets pour sauvegarder leur entreprise », a relevé la CGT alors qu'il y a quelques mois le président-candidat nous bonimentait sur le retour des jours heureux.

Emmanuel Macron s'affiche au-delà du printemps 2022 dans la continuité de son premier mandat. Il n'aura tiré aucune leçon progressiste de cette crise sanitaire et économique et climatique alors que tout appelle au contraire à « un véritable plan de rupture en replaçant le développement humain durable au cœur de l’action politique et économique » comme le souligne la CGT.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Recommander (18)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau